AccueilNederlandArgentine - École...

Argentine – École de Yoga BAYS, Nullité d’élévation au procès confirmée par la Cour de cassation

Accusations controversées d’activités criminelles et poursuites judiciaires rejetées pour la deuxième fois.

Un revers pour les procureurs

Le 5 juin dernier, le Chambre nationale de cassation en matière pénale et correctionnelle a confirmé la nullité de la mise en jugement des prévenus dans l’affaire connue sous le nom de « École de Yoga de Buenos Aires » (BAYS), accusés d’« activités criminelles ». La décision de la Cour de cassation ne marque pas la fin du dossier puisqu’elle est renvoyée au juge de première instance mais c’est clairement un revers pour les procureurs qui ont été clairement désavoués à deux reprises.

En août 2022, environ 50 descentes de police spectaculaires, « mystérieusement » divulgués aux médias, ont été menés simultanément contre des membres de l’école de yoga sur la seule base d’accusations infondées d’une seule personne, Pablo Salum, que le Bureau du Procureur pour traite et exploitation des êtres humains (PROTEX) a instrumentalisé pour soutenir ses concepts controversés de victimes de traite et d’abus de vulnérabilité. Après cela, des centaines de médias en Argentine et à l’étranger avait présenté le groupe de yoga dirigé par Juan Percowicz, aujourd’hui âgé de 86 ans, comme un « culte de l’horreur ».

Salum est un individu anti-secte bizarre et mégalomane, qui voit des sectes partout, même en ce qui concerne l’Ordre des Carmes Catholiques. Il a déclaré publiquement sur les réseaux sociaux et sur YouTube qu’il avait porté plainte contre BAYS. Il a également inspiré les raids massifs de PROTEX contre 38 centres de l’organisation humanitaire évangélique REMARune ONG respectée spécialisée dans la réhabilitation des toxicomanes et (paradoxalement) des femmes victimes d’un véritable trafic.

Les faits clés

En septembre 2022, le juge Ariel Lijo a tenté de poursuivre dix-neuf membres du BAYS, dont Juan Percowicz, pour délits d’association illégale, de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle et de blanchiment d’argentsuite à une demande du procureur fédéral Carlos Stornelli et de ses collègues du PROTEX, Alejandra Mangano et Marcelo Colombo.

Dès le début de l’affaire, toutes les victimes présumées ont nié les accusations et ont dénoncé qu’elles étaient stigmatisées comme des « prostituées soumises à un lavage de cerveau » alors qu’elles ne s’étaient jamais prostituées et n’avaient jamais été contraintes à quoi que ce soit par BAYS. Pour dissiper tout doute, ils ont demandé à être examinés par des experts légistes pour confirmer leurs dires.

Ensuite, en novembre 2022, la Chambre de recours fédérale a jugé infondés les deux accusés et, tout en confirmant les poursuites engagées contre les autres, a décidé que des examens scientifiques, psychologiques et psychiatriques soient effectués sur toutes les victimes présumées afin de déterminer si il existe des signes indiquant que leur volonté a été indûment influencée ou contrainte.

Le 4 juillet 2023, sans aborder les résultats de ces examens – qui, sans exception, ont constaté l’absence totale de tout caractère de soumission, de dépendance émotionnelle, de labilité, de manipulation ou l’hypothèse d’un rôle purement passif dans les relations interpersonnelles des victimes présumées – Le juge Ariel Lijo et les procureurs Carlos Stornelli, Marcelo Colombo et Alejandra Mángano ont tenté de porter l’affaire devant un tribunal. Cependant, le 7 décembre de la même année, la Cour nationale d’appel en matière pénale et correctionnelle, composée des juges Martin Irurzun, Roberto Boico et Eduardo Farah, a annulé cette ordonnance et a ordonné au juge Lijo de réexaminer les résultats médico-légaux et de laisser la défense intervenir dans l’évaluation. C’est la décision confirmée par la Chambre nationale de cassation.

La fabrication de « victimes » de la traite et « l’industrie du sauvetage »

Jusqu’en 2012, la traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle était punie par la loi 26.364 sur la prévention et la répression de la traite des êtres humains et l’assistance aux victimes, mais le 19 décembre 2012, cette loi a été modifiée de telle manière qu’elle a ouvert la porte à une interprétation et une mise en œuvre controversées. Il est désormais identifié comme Loi 26.842.

Dans ce contexte, des cas présumés de traite d’êtres humains liés à des minorités spirituelles ont émergé en Argentine, ainsi que l’utilisation d’un langage anti-secte dans les récits des agents de lutte contre la traite dans les médias, dans le cadre juridique et judiciaire. À cet égard, des concepts décriés et obsolètes tels que « sectes », « lavage de cerveau », « organisation coercitive » et « persuasion coercitive » reviennent sur le devant de la scène et retrouvent une nouvelle vie. Ainsi, lorsque des victimes présumées de la traite nient être victimes, les acteurs de la lutte contre la traite disqualifient désormais leurs propos car à leurs yeux, ils ne se perçoivent pas comme tels et leur adhésion à un « système idéologique ou spirituel » les empêche de reconnaître leur situation d’exploitation. .

Cela crée un « paradigme de victimisation » et conduit à un cercle vicieux selon lequel ils sont vulnérables en soi et, par conséquent, victimes, à qui l’on refuse la capacité et le droit d’intervenir dans le récit des événements. Leur seul statut est « d’être secourus ».

Les chercheurs comprennent ce phénomène comme une « industrie du sauvetage » qui permet aux agences de lutte contre la traite de générer un grand nombre de cas afin d’accroître leur visibilité et leur autorité auprès du public. Cela permet également de considérer un large éventail d’activités légales – telles que le volontariat et les dons – comme du « trafic ».

Controverses à l’intérieur et à l’extérieur des tribunaux

Les résolutions du juge Lijo et de PROTEX ont suscité de nombreuses critiques devant la Chambre d’appel. Le juge Farah a réitéré lors de son dernier vote que les victimes présumées doivent être entendues, et que ne pas le faire serait un acte de paternalisme étranger au comportement d’une justice démocratique sensible à l’égalité des sexes. Selon lui, après avoir écouté les témoignages personnels de ces femmes, il apparaît clairement qu’aucune d’entre elles n’est victime de traite des êtres humains, ce que confirment les résultats des examens médico-légaux. Selon Farah, les accusés devraient être acquittés.

Les juges Irurzun et Boico considèrent que ces expertises sont essentielles pour évaluer un changement dans le statut procédural des accusés. En fin de compte, c’est la Chambre d’appel elle-même qui a demandé leur performance et demande désormais au juge Lijo de les évaluer. Ne pas le faire est contraire au droit à la légitime défense.

Mais le tribunal n’est pas le seul à s’exprimer. De nombreux chercheurs, après interviewer les membres de BAYS et étudier les documents juridiques, ont remis en question les arguments antisectaires de PROTEX et du juge Lijo. Ces résultats de recherche ont été publiés dans des revues et conférences scientifiques – comme celle organisée à Bordeaux entre le 12 et le 16 juin 2024 par le Centre d’étude des nouvelles religions (CESNUR) – ainsi qu’au 53ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Le message est clair : nier la crédibilité des femmes adultes cliniquement saines au moyen d’arguments pseudo-scientifiques est une attaque directe contre les libertés individuelles protégées par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Droits humains et la Constitution argentine.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Escalatie van het conflict gekoppeld aan de dodelijke dreiging van Mpox europahoy.news

Decennia lang heeft het conflict in het mineraalrijke oosten van de Democratische Republiek Congo geleid tot alarmerende niveaus van geweld, massale ontheemding, wijdverbreide ziekten, gendergerelateerd geweld en ernstige mentale trauma’s, aldus senior veiligheidsfunctionaris Dr. Adelheid Marschang Wereldgezondheidsorganisatie (WHO). 'Chronische en...

Herstel uw schuldenadvocaten annuleren € 30.000 in Inca (Balearen) met de tweedekanswet europahoy.news

/COMMUNICATIE/ De schuldenaar, die momenteel haar ouderdomspensioen aan het ontvangen is, verloor haar baan en moest leningen aanvragen Herstel uw schuldhet toonaangevende advocatenkantoor in Spanje op het gebied van de Tweede Kanswet, is erin geslaagd een schuld van 30.000 euro...

« Buddha Boy » a été reconnu coupable d’agression sexuelle -europeantis.news-

Au Népal, un chef spirituel connu sous le nom de « Buddha Boy » a été condamné le 1St de juillet à 10 ans de prison pour agression sexuelle sur mineure, a rapporté l'Associated Press, citant un communiqué du...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.