AccueilACTUALITEFRANCE - J'ai...

FRANCE – J’ai été victime d’une descente de police et détenu abusivement pendant deux jours et deux nuits

Recours inapproprié et disproportionné à des descentes de police massives dans plusieurs centres de yoga et détention abusive de dizaines de pratiquants de yoga. Toujours aucun progrès dans la procédure judiciaire.

« Ces dix dernières années, je suis venue plusieurs fois à Vitry-sur-Seine pour séjourner dans un lieu qui servait de retraites spirituelles aux pratiquants de yoga. Chaque fois que c’était confortable, l’environnement était très agréable et calme, mais le 28 novembre 2023, cela s’est transformé en cauchemar et en expérience traumatisante.

C’est ce que Mme AD a dit Droits humains Sans Frontières (HRWF) qui a recueilli les témoignages de dizaines de citoyens roumains effectuant une retraite spirituelle dans les sept centres de yoga perquisitionnés simultanément par la police à Paris et aux alentours mais aussi à Nice en novembre 2023.

Un raid de grande ampleur lancé à 6 heures du matin par une équipe SWAT d’environ 175 policiers portant des masques noirs, des casques et des gilets pare-balles, brandissant des fusils semi-automatiques. L’objectif officiel de l’opération était d’arrêter les personnes impliquées dans des cas de « traite des êtres humains », de « séquestration » et d’« abus de vulnérabilité » en bande organisée.

Au fil du temps, la police semblait perplexe, essayant de catégoriser chaque Roumain comme un « suspect », une « victime » ou un « témoin ». Ils essayaient de discerner si leurs captifs étaient des suspects (de viol, de trafic, etc.), des victimes, ou s’ils pouvaient être utiles comme témoins.

Yogi MISA FRANCE - J'ai été victime d'une descente de police et détenu abusivement pendant deux jours et deux nuits
FRANCE – J’ai été victime d’une descente de police et détenu abusivement pendant deux jours et deux nuits 2

Voici l’interview de Mme AD, qui pratique le yoga dans différents centres de l’école de yoga MISA en Roumanie depuis 16 ans. Elle est professeur de langues et traductrice, diplômée de l’Université des Lettres de Cluj-Napoca et titulaire d’un Master en traduction littéraire de l’Université de Bucarest.

Q. : Qu’est-ce qui vous a motivé à partir de Roumanie en région parisienne pour une retraite spirituelle ?

ANNONCE: Mes précédentes expériences enrichissantes à Vitry-sur-Seine. Parfois je voyageais en voiture ou en avion depuis la Roumanie mais cette fois j’ai pris l’avion depuis le Danemark où j’avais passé du temps dans un centre de yoga. Comme d’habitude je n’avais pas prévu de rester une période précise en France. Cela pourrait prendre un mois ou plus.

Q. : Comment avez-vous vécu la descente policière massive de novembre 2023 ?

ANNONCE: Le petit matin du 28 novembre dernier a été assez traumatisant pour les sept invités qui séjournaient dans la maison : six femmes et un homme. À 6 heures du matin, alors que nous dormions tous paisiblement, nous avons été réveillés brusquement et de manière choquante par un terrible bruit de claquement que je n’avais jamais entendu auparavant, même pas dans les films. C’était le bris brutal de la porte d’entrée. Un flot d’hommes noirs étranges ont fait irruption dans la maison en criant « Police, police ». Je ne pourrais pas dire combien il y en avait mais ils étaient nombreux. Ils criaient : « N’ayez pas peur. Nous sommes là pour vous aider et vous secourir. Je me demandais de quoi nous devions être sauvés. Nous n’avons été victimes de rien et il n’y a pas eu d’incendie.

Après avoir prétendument sécurisé les lieux, l’équipe SWAT s’est retirée, laissant place à une foule de civils en civil qui n’ont pas réussi à s’identifier ni à nous indiquer la nature de leur présence sur place. Alors que je leur posais des questions pressantes, l’un d’eux m’a montré un papier en français que je ne comprenais pas et m’a dit que leur action faisait suite à une commission rogatoire. Ils ont commencé à interroger chacun de nous. Moi et d’autres pratiquants de yoga avons alors commencé à protester bruyamment mais pacifiquement. L’une de nous, une femme, a été menottée, ce qui nous a tous choqués.

Finalement, il a été annoncé que nous serions conduits au commissariat pour savoir « qui a fait quoi » et « quel rôle nous avions dans quoi ». Nos questions sur le fait de se changer, d’aller aux toilettes, de prendre son premier petit-déjeuner, de boire ou de prendre de l’eau avec nous, etc. ont suscité de l’impatience, de l’irritation et même des refus. Il était presque impossible de retirer nos vêtements de nuit en toute intimité et de mettre quelque chose de plus approprié en cette froide matinée de fin novembre.

Q. : Comment s’est passé le transfert au commissariat ?

ANNONCE: Durant le trajet jusqu’à la préfecture de police, j’étais dans un état de peur, d’anxiété et même d’angoisse. Finalement, nous sommes arrivés devant un grand bâtiment à la façade vitrée avec les mots « Ministère de l’Intérieur » à l’entrée. Nous avons appris plus tard que nous étions à Nanterre. L’un des traducteurs qui nous ont aidés par la suite m’a expliqué que le lieu où nous avions été amenés était le plus haut niveau d’une procédure d’enquête criminelle. J’ai senti que par cette remarque l’interprète voulait m’intimider et me faire comprendre que notre cas était sérieux.

Nous avons attendu très longtemps debout avant d’entrer dans nos cellules. Mes jambes étaient très douloureuses. De nombreux autres pratiquants de yoga avaient été transférés d’autres lieux perquisitionnés vers le même poste de police.

Q. : Quelles étaient les conditions de détention ?

ANNONCE: Bien que nous ayons d’abord été considérés comme des victimes, ce que nous avons tous fermement nié, nous avons été mis en détention pendant deux jours et deux nuits ! Nous étions quatre dans la cellule qui m’était assignée mais il n’y avait que trois lits. Du coup, l’une d’entre nous a dû poser son matelas, qui était très fin, par terre et dormir comme ça. Une des filles avait très froid et nous lui avons donné nos couvertures.

L’atmosphère dans la cellule était assez tendue. Il y avait un sentiment presque constant de peur et d’anxiété, d’insécurité et un certain désespoir lourd et sombre.

Dans la cellule, lorsque nous devions aller aux toilettes ou autre chose, nous devions nous tenir devant la caméra à travers laquelle nous étions surveillés et faire signe. Très souvent, lorsque nous devions aller aux toilettes, les autres filles de la cellule et moi-même faisions signe à la caméra, mais il fallait beaucoup de temps pour que quelqu’un apparaisse, ce qui était une situation très embarrassante. À chaque fois, un policier nous emmenait désagréablement chacun aux toilettes, grommelant, jurant et claquant la porte de la cellule. Plus tard, lorsque j’en ai fait part à l’une des policières lors de mon interrogatoire, on m’a répondu qu’il y avait beaucoup de personnes à interroger et qu’il n’y avait pas assez de personnel. Cependant, je n’avais pas l’impression qu’ils étaient surchargés de travail.

Q. : Qu’en est-il des interrogatoires, des services de traduction et des avocats ?

ANNONCE: Durant mes deux jours de détention, j’ai été interrogé deux fois. Le premier avocat m’a découragé de refuser de répondre aux questions, même si j’ai le droit de garder le silence, car c’est généralement le cas. médicament dealers et criminels similaires qui optent pour une telle attitude, a-t-il déclaré. Le deuxième avocat a tenté de m’intimider en me disant que les accusations portées contre nous étaient très graves.

De plus, le traducteur assigné le deuxième jour était totalement incompétent. Je ne peux pas croire qu’il était un interprète agréé. Il était roumain et pouvait comprendre ce que je disais mais sa maîtrise de la langue française était visiblement insuffisante. Plusieurs fois, je me suis tourné vers lui et lui ai demandé avec insistance comment dire en français certains mots que je ne connaissais pas. Il n’a pas pu me répondre. J’ai une certaine connaissance de la langue française, quoique limitée, mais j’ai pu constater que ses traductions étaient beaucoup plus courtes que mes déclarations. J’ai même fait de gros efforts pour parler français pour combler les lacunes de ce qu’il n’avait pas traduit.

Je ne comprenais pas pourquoi je devais passer deux jours et deux nuits, et peut-être plus s’ils décidaient, pour une raison stupide, de prolonger ma garde à vue. Je n’ai été victime de rien et je n’ai commis aucun acte répréhensible !

Par ailleurs, les questions des deux interrogatoires étaient, pour certaines d’entre elles, hallucinantes pour moi, absurdes, insultantes et hors de propos, y compris sur ma vie intime, sexuelle, amoureuse et amoureuse. L’interrogateur voulait évidemment que je dise que j’avais été abusée sexuellement ou violée dans le cadre des centres dits MISA en France.

A la fin de ma première audition, on m’a remis un procès-verbal en français d’un certain nombre de pages à signer. L’interprète était à côté de moi mais ne m’a pas traduit le document. Malgré ma compréhension limitée du français, je l’ai parcouru rapidement, ce qui a suscité quelques réactions d’insatisfaction de la part de l’interrogateur. Cependant, j’ai trouvé plusieurs passages où il y avait des inexactitudes par rapport à ce que j’avais dit. Je leur ai fait remarquer cela et leur ai demandé de le corriger. Ils l’ont fait, mais avec une certaine irritation. Compte tenu des circonstances, je ne pouvais que me demander s’il n’y avait pas encore plus d’inexactitudes que je n’avais pas assez de temps ou de connaissances en français pour découvrir sur place. Je n’ai pas reçu de copie du rapport et je trouve toute cette procédure très discutable.

Q. : Parlez-nous de votre libération après 48 heures de garde à vue

ANNONCE: Peu avant que 48 heures ne se soient écoulées en garde à vue, on m’a appelé et on m’a dit que j’étais libre et que je pouvais partir. Il était environ 21 heures. Dehors, il faisait déjà nuit et très froid. Sans argent ni téléphone avec moi, que pourrais-je faire ? Les policiers se contentèrent de hausser les épaules. D’autres pratiquants de yoga ont également été libérés presque au même moment et ensemble nous avons réussi à trouver une solution pour retourner dans notre centre spirituel de Vitry-sur-Seine, qui n’avait pas été scellé (!), et récupérer ce qui n’avait pas été confisqué. . Heureusement, ils n’avaient pas trouvé mon ordinateur, mon téléphone ni un peu d’argent, mais d’autres n’ont pas eu cette chance. Les bijoux avaient disparu. Leurs propriétaires ne savaient pas s’ils avaient été confisqués par la police car ils n’en ont jamais été informés et n’ont pas reçu de liste des objets confisqués.

Dans les jours qui ont suivi cette expérience choquante, j’ai ressenti de forts sentiments d’anxiété et d’incertitude, de confusion et de manque de confiance en l’avenir. J’avais le sentiment d’être observé. Je fermais les portes avec toutes les clés, tirais les rideaux et couvrais chaque coin de la fenêtre. Parfois, la vision de forcer la porte d’entrée et de policiers entrant brutalement dans la maison me revient et j’ai peur que cela se reproduise. J’ai également connu des épisodes de dépression et une tendance à m’isoler émotionnellement. Tous ces symptômes de stress post-traumatique n’ont pas encore disparu, plus de six mois après.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Un adolescent passionné de jeux vidéo sera le premier saint catholique du millénaire -europeantimes.news-

Un adolescent italien passionné de jeux vidéo deviendra le premier saint millénaire de l’Église catholique romaine. Cette décision a été approuvée par le pape et les cardinaux, et le pape François a déclaré qu'il serait canonisé lors du...

Attention à la tendance TikTok sur les “dangers” de la crème solaire

La tendance #anti-sunscreen sur TikTok suggère que la crème solaire serait nocive pour la santé en raison de ses ingrédients. C'est faux! : tous les produits de protection solaire font l'objet d'évaluations de sécurité strictes et les filtres solaires...

Les Européens de plus de 30 ans comprennent mieux le changement climatique que les jeunes générations, selon une enquête de la BEI

BEI // La lutte contre le changement climatique nécessite une action collective – de la part des gouvernements, des institutions, des entreprises et des individus. Une bonne compréhension du défi climatique est essentielle pour que les citoyens puissent...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.