AccueilNederlandLe chef des...

Le chef des droits de l’ONU et des experts indépendants dénoncent la nouvelle loi géorgienne sur les « agents étrangers »

La loi sur la transparence de l’influence étrangère exige que les médias, les organisations non gouvernementales (ONG) et autres organisations à but non lucratif s’enregistrent comme « poursuivant les intérêts d’une puissance étrangère » s’ils reçoivent plus de 20 pour cent de leur financement de l’étranger. Il a été adopté mardi.

L’adoption a déclenché des protestations dans la capitale, Tbilissi, et a été dénoncée par l’opposition géorgienne comme une tentative de répression contre les médias indépendants, la société civile, les défenseurs des droits et les critiques du gouvernement.

Effet glacial

Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a déclaré qu’en adoptant la loi, les autorités et les législateurs « ont choisi de ne pas tenir compte » les avertissements lancés par les défenseurs des droits et la société civile.

« Malheureusement, les impacts sur les droits à la liberté d’expression et d’association en Géorgie risque désormais d’être important», a-t-il prévenu.

L’obligation d’enregistrement pourrait également avoir un effet dissuasif sur ceux qui œuvrent pour les libertés civiques et réduire considérablement leurs activités, a ajouté M. Türk.

« Étouffer les voix diverses sur des questions d’intérêt public majeur ne fera que compliquer la capacité du gouvernement à répondre efficacement aux nombreux défis auxquels le pays est confronté par des mesures législatives et politiques judicieuses », a-t-il déclaré.

Assurances rompues

Par ailleurs, des experts indépendants en matière de droits ont également dénoncé l’adoption de la loi, qui, selon eux, s’est produite malgré les assurances données suite au retrait d’un autre projet de loi identique l’année dernière.

Ce projet de loi a été retiré en mars 2023, à la suite de manifestations à grande échelle, et en novembre, de hauts responsables gouvernementaux et des parlementaires ont assuré au rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des défenseurs des droits humains que le projet ne serait pas réintroduit.

« Nous sommes choqués que même à la lumière de l’opposition claire d’une partie importante de la population géorgienne, la loi a été accélérée par le Parlement, les médias et les représentants de la société civile se refusant à accéder aux débats », a déclaré l’ONU. Conseil des droits de l’homme-ont déclaré les experts désignés.

Ils ont également exprimé leur vive inquiétude quant à la rapidité des délibérations au Parlement, « qui semblent avoir eu lieu sans consultations inclusives, transparentes et authentiques avec la société civile, la société dans son ensemble et les partis d’opposition.

Les militants des droits de l’homme ne sont pas des ennemis de l’État

M. Türk a demandé que la loi soit abandonnée et que les autorités engagent un dialogue avec les médias, les organisations de la société civile et les défenseurs des droits humains.

Les experts indépendants ont en outre averti que si la loi était promulguée par le Président, la Géorgie violerait ses obligations en matière de droits de l’homme, notamment en matière de liberté d’association.

« Pour la Géorgie, c’est un pas dans la mauvaise direction« , ont déclaré les experts.

« Les défenseurs des droits humains, les jeunes et les manifestants pacifiques ne sont pas des ennemis de l’État», ont-ils souligné.

Experts indépendants en matière de droits

Parmi les experts ayant lancé cet appel figuraient les rapporteurs spéciaux sur les défenseurs des droits de l’homme, sur la liberté de réunion pacifique et sur la liberté d’opinion et d’expression ; ainsi que l’Expert indépendant sur les droits de l’homme et la solidarité internationale.

Nommé par le Conseil des droits de l’homme – la plus haute instance intergouvernementale des Nations Unies sur les droits de l’homme – et faisant partie de son Procédures spécialesdes rapporteurs spéciaux et des experts indépendants sont mandatés pour surveiller et évaluer la situation des droits dans certaines situations thématiques ou nationales.

Ils travaillent bénévolement, ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

De paus vraagt ​​CEO’s en managers om « de armen in bedrijven te betrekken » europahoy.news

Francisco ontvangt zakenlieden, bedrijfsleiders en bankiers van over de hele wereld, verenigd in een netwerk dat de principes van Laudato si' naleeft. Hij herinnert hen aan het belang van hun eigen functies: "Grote bedrijven bepalen het lot van...

La Norvège restreint l’accès aux touristes russes

La Norvège limitera encore davantage l'accès des touristes russes en raison de la guerre en cours en Ukraine, a annoncé fin mai le ministère norvégien de la Justice, cité par Reuters. La Norvège, membre de l'OTAN, partage une frontière avec...

Mondiale inspanningen om een ​​einde te maken aan vrouwelijke genitale verminking worden ondermijnd door ‘vakantiekorting’ europahoy.new

Hoewel veel staten hun uitroeiingsinspanningen hebben opgevoerd, blijft de praktijk over de hele wereld bestaan, deels als gevolg van “het clandestiene karakter van grensoverschrijdende en transnationale vrouwelijke genitale verminking”, zei hij. “Vrouwenbesnijdenis is dat wel maakt deel uit van een...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.