AccueilNederlandLa CPI demande...

La CPI demande des mandats d’arrêt contre les dirigeants du Hamas et Netanyahu d’Israël

Dans un déclarationle procureur de la CPI, Karim Khan, a déclaré qu’il y avait des motifs raisonnables de croire que Yahya Sinwar, Mohammed Diab Ibrahim Al-Masri (Deif) et Ismail Haniyeh du Hamas « assumer la responsabilité pénale » pour meurtre, extermination et prise d’otages – parmi de nombreux autres crimes – depuis que le conflit à Gaza a éclaté à la suite des attaques menées par le Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre.

Il existe également des motifs raisonnables de croire que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant, le ministre israélien de la Défense, sont responsables d’autres crimes et crimes contre l’humanité « commis sur le territoire de l’État de Palestine ».

Tactique de famine alléguée

Il s’agit notamment de « la famine des civils comme méthode de guerre comme crime de guerre… le fait de diriger intentionnellement des attaques contre une population civile ». [and] extermination et/ou meurtre ».

Bien que le CPI n’est pas une organisation des Nations Unies, elle a un accord de coopération avec les Nations Unies. Et lorsqu’une situation ne relève pas de la compétence de la Cour, l’ONU Conseil de sécurité peut déférer la situation à la CPI, lui accordant compétence.

Pour compléter ces allégations, le procureur Khan, un ressortissant britannique né à Édimbourg, a souligné que son bureau avait interrogé des victimes et des survivants des attentats terroristes du 7 octobre menés par le Hamas en Israël.

Il s’agissait notamment d’anciens otages et de témoins oculaires « de six lieux d’attaque majeurs : Kfar Aza, Holit, le lieu du festival de musique Supernova, Be’eri ; Nir Oz et Nahal Oz ».

« Une douleur insondable »

« Mon bureau estime que ces individus ont planifié et incité à commettre des crimes le 7 octobre 2023 et ont, par leurs propres actions, y compris des visites personnelles à des otages peu après leur enlèvement, reconnu leur responsabilité dans ces crimes », a déclaré le procureur Khan. .

« En discutant avec des survivants, j’ai entendu comment l’amour au sein d’une famille, les liens les plus profonds entre un parent et un enfant, étaient déformés pour infliger une douleur insondable par une cruauté calculée et une insensibilité extrême. Ces actes exigent des comptes, » il ajouta.

En ce qui concerne les otages qui seraient toujours détenus à Gaza, le responsable de la CPI a noté que son bureau avait interrogé des victimes et des survivants et que ces informations, ainsi que d’autres sources, indiquaient qu’ils avaient été détenus dans des conditions inhumaines et que certains avaient été soumis à des violences sexuelles, notamment des viols. .

Le courage des survivants

« Je tiens à exprimer ma gratitude aux survivants et aux familles des victimes des attentats du 7 octobre pour le courage dont ils ont fait preuve en se manifestant pour fournir leurs récits à mon bureau », a déclaré le procureur Khan. « Nous restons concentrés sur l’approfondissement de nos enquêtes sur tous les crimes commis dans le cadre de ces attaques et continuerons à travailler avec tous les partenaires pour garantir que justice soit rendue. »

Sur la question de la responsabilité des hauts responsables israéliens, M. Netanyahu et M. Gallant, le procureur de la CPI a allégué « la famine comme méthode de guerre ».

Ce crime et d’autres crimes contre l’humanité auraient été commis « dans le cadre d’une attaque généralisée et systématique contre la population civile palestinienne ». conformément à la politique de l’État ».

Pour renforcer ces allégations, M. Khan a cité « des entretiens avec des survivants et des témoins oculaires, du matériel vidéo, photo et audio authentifié, des images satellite et des déclarations » qui montraient « qu’Israël a privé intentionnellement et systématiquement la population civile de toutes les régions de Gaza d’objets indispensables à la survie humaine».

Siège de l’aide

Détaillant l’impact du « siège total » imposé par Israël à Gaza après le 8 octobre 2023, la requête de la CPI aux juges a expliqué que cela impliquait la « fermeture complète » des trois points de passage frontaliers – Rafah, Kerem Shalom au sud et Erez au nord –. « pendant des périodes prolongées, puis en restreignant arbitrairement le transfert de fournitures essentielles – notamment de nourriture et de médicaments – via les postes frontières après leur réouverture ».

Entre autres privations, le siège israélien a également coupé les canalisations d’eau et d’électricité vers Gaza, a poursuivi le procureur de la CPI, notant que les Gazaouis ont également été confrontés à des attaques physiques lorsqu’ils faisaient la queue pour obtenir de la nourriture tandis que d’autres « attaques et meurtres contre des travailleurs humanitaires… ont forcé de nombreuses agences à cesser ou limiter leurs opérations ».

Les effets de cette politique d’État étaient « aigus, visibles et largement connus », a déclaré M. Khan, soulignant l’avertissement du Secrétaire général de l’ONU il y a environ deux mois selon lequel «1,1 million de personnes à Gaza sont confrontées à une famine catastrophique – le nombre le plus élevé de personnes jamais enregistré partout et à tout moment. » à la suite d’une « catastrophe entièrement provoquée par l’homme ».

Infractions les plus graves

Bien qu’Israël ait le droit de se défendre en vertu du droit international, M. Khan a insisté sur le fait que « causer intentionnellement la mort, la famine et de grandes souffrances » à des civils constituait une violation flagrante de la charte fondamentale de la CPI, signée à Rome en 2002. Israël n’est pas signataire de la Charte. le Statut de Rome alors que la Palestine l’est.

« J’ai toujours souligné que le droit humanitaire international exige qu’Israël prenne des mesures urgentes pour autoriser immédiatement l’accès à l’aide humanitaire à grande échelle à Gaza. J’ai spécifiquement souligné que la famine comme méthode de guerre et le refus de l’aide humanitaire constituent des infractions au Statut de Rome.

Personne n’est au-dessus des lois

Outre la demande adressée aux juges de délivrer des mandats d’arrêt, le communiqué de la CPI a noté qu’il était poursuivre « des pistes d’enquête supplémentaires multiples et interconnectées » sur les crimes commis depuis le 7 octobre.

Il s’agit notamment d’allégations de violences sexuelles lors des attaques terroristes menées par le Hamas et des bombardements généralisés à Gaza « qui ont causé et continuent de causer tant de morts, de blessés et de souffrances parmi les civils ».

« Aujourd’hui, nous soulignons une fois de plus que le droit international et le droit des conflits armés s’appliquent à tous. Aucun fantassin, aucun commandant, aucun dirigeant civil – personne – ne peut agir en toute impunité », a déclaré M. Khan, tout en soulignant son inquiétude face à l’escalade de la violence en Cisjordanie.

« Rien ne peut justifier de priver délibérément des êtres humains, y compris un si grand nombre de femmes et d’enfants, des nécessités fondamentales nécessaires à la vie. Rien ne peut justifier la prise d’otages ou le ciblage de civils.»

Dans un appel à toutes les parties au conflit de Gaza « à se conformer à la loi maintenant », le procureur de la CPI a déclaré que son bureau «n’hésitera pas à présenter d’autres demandes de mandat d’arrêt si et quand nous considérons que le seuil d’une perspective réaliste de condamnation a été atteint ».

Contrairement au Cour internationale de Justice (CIJ) – qui est le principal organe judiciaire de l’ONU pour régler les différends entre pays – la CPI juge les individus. La CPI est un tribunal permanent basé à La Haye, contrairement aux tribunaux temporaires tels que ceux créés pour juger les crimes graves commis dans l’ex-Yougoslavie et au Rwanda.

Selon les documents de la CPI, la politique de la Cour est de se concentrer sur ceux qui « portent la plus grande responsabilité dans les crimes » commis. Personne n’est à l’abri de poursuites et il n’existe aucune exemption pour les chefs d’État et de gouvernement.

La décision d’émettre ou non des mandats d’arrêt sera prise par les Chambres préliminaires, qui doivent également confirmer les accusations portées.

Un mandat d’arrêt est émis et si l’auteur présumé est arrêté sur la base des accusations portées par le Procureur, une chambre de première instance est alors créée, dirigée par trois juges.

Une fois le procès terminé, les juges « peuvent prononcer une peine d’emprisonnement d’un nombre déterminé d’années ne dépassant pas un maximum de trente ans ou la réclusion à perpétuité », a indiqué la CPI.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

De paus vraagt ​​CEO’s en managers om « de armen in bedrijven te betrekken » europahoy.news

Francisco ontvangt zakenlieden, bedrijfsleiders en bankiers van over de hele wereld, verenigd in een netwerk dat de principes van Laudato si' naleeft. Hij herinnert hen aan het belang van hun eigen functies: "Grote bedrijven bepalen het lot van...

La Norvège restreint l’accès aux touristes russes

La Norvège limitera encore davantage l'accès des touristes russes en raison de la guerre en cours en Ukraine, a annoncé fin mai le ministère norvégien de la Justice, cité par Reuters. La Norvège, membre de l'OTAN, partage une frontière avec...

Mondiale inspanningen om een ​​einde te maken aan vrouwelijke genitale verminking worden ondermijnd door ‘vakantiekorting’ europahoy.new

Hoewel veel staten hun uitroeiingsinspanningen hebben opgevoerd, blijft de praktijk over de hele wereld bestaan, deels als gevolg van “het clandestiene karakter van grensoverschrijdende en transnationale vrouwelijke genitale verminking”, zei hij. “Vrouwenbesnijdenis is dat wel maakt deel uit van een...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.