AccueilNederlandL'empreinte humaine sur...

L’empreinte humaine sur les gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre sont présents naturellement et sont essentiels à la survie des humains et de millions d’autres êtres vivants, en empêchant une partie de la chaleur du soleil de se refléter dans l’espace et en rendant la Terre vivable. Mais après plus d’un siècle et demi d’industrialisation, de déforestation et d’agriculture à grande échelle, les quantités de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont atteint des niveaux records jamais vus depuis trois millions d’années. À mesure que les populations, les économies et les niveaux de vie augmentent, le niveau cumulatif des émissions de gaz à effet de serre (GES) augmente également.

Il existe quelques liens scientifiques fondamentaux bien établis :

  • La concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère terrestre est directement liée à la température moyenne mondiale sur Terre ;
  • La concentration n’a cessé d’augmenter, tout comme les températures mondiales moyennes, depuis l’époque de la révolution industrielle ;
  • Le GES le plus abondant, représentant environ les deux tiers des GES, le dioxyde de carbone (CO2), est en grande partie le produit de la combustion de combustibles fossiles.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur le climatchangement (GIEC) a été mis en place par le Organisation météorologique mondiale (OMM) et Environnement des Nations Unies fournir une source objective d’informations scientifiques.

Sixième rapport d’évaluation

Le sixième rapport d’évaluation du GIEC, qui sera publié en mars 2023, donne un aperçu de l’état des connaissances sur la science du changement climatique, en mettant l’accent sur les nouveaux résultats obtenus depuis la publication du cinquième rapport d’évaluation en 2014. Il s’appuie sur les rapports du GIEC. trois groupes de travail du GIEC – sur les sciences physiques ; impacts, adaptation et vulnérabilité ; et l’atténuation – ainsi que sur les trois rapports spéciaux sur Réchauffement climatique de 1,5°Csur Changement climatique et terreset sur le Océan et cryosphère dans un climat en changement.

Ce que nous savons sur la base des rapports du GIEC :

  • Il ne fait aucun doute que l’influence humaine a réchauffé l’atmosphère, les océans et les terres. Des changements généralisés et rapides se sont produits dans l’atmosphère, les océans, la cryosphère et la biosphère.
  • L’ampleur des changements récents dans l’ensemble du système climatique – et l’état actuel de nombreux aspects du système climatique – sont sans précédent sur plusieurs siècles, voire plusieurs milliers d’années.
  • Le changement climatique induit par l’homme affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans toutes les régions du monde. Les preuves des changements observés dans les phénomènes extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes précipitations, les sécheresses et les cyclones tropicaux, et, en particulier, leur attribution à l’influence humaine, se sont renforcées depuis le cinquième rapport d’évaluation.
  • Environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes vivent dans des contextes très vulnérables au changement climatique.
  • La vulnérabilité des écosystèmes et des populations au changement climatique diffère considérablement d’une région à l’autre et au sein d’une même région.
  • Si le réchauffement climatique dépasse temporairement 1,5°C dans les décennies à venir ou plus tard, de nombreux systèmes humains et naturels seront alors confrontés à des risques graves supplémentaires, par rapport à un réchauffement climatique inférieur à 1,5°C.
  • La réduction des émissions de GES dans l’ensemble du secteur énergétique nécessite des transitions majeures, notamment une réduction substantielle de la consommation globale de combustibles fossiles, le déploiement de sources d’énergie à faibles émissions, le passage à des vecteurs énergétiques alternatifs, ainsi que l’efficacité et la conservation énergétiques.

La chaleur globalehttps://europeantimes.news/environment/température de 1,5°C

En octobre 2018, le GIEC a publié une rapport spécial sur les impacts d’un réchauffement climatique de 1,5°C, constatant que limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessiterait des changements rapides, profonds et sans précédent dans tous les aspects de la société. Avec des bénéfices évidents pour les populations et les écosystèmes naturels, le rapport estime que limiter le réchauffement climatique à 1,5°C contre 2°C pourrait aller de pair avec la garantie d’une société plus durable et plus équitable. Alors que les estimations précédentes se concentraient sur l’estimation des dégâts si les températures moyennes devaient augmenter de 2°C, ce rapport montre que bon nombre des impacts négatifs du changement climatique atteindront la barre des 1,5°C.

Le rapport met également en évidence un certain nombre d’impacts du changement climatique qui pourraient être évités en limitant le réchauffement climatique à 1,5°C contre 2°C, voire plus. Par exemple, d’ici 2100, l’élévation du niveau de la mer serait inférieure de 10 cm avec un réchauffement climatique de 1,5°C contre 2°C. La probabilité que l’océan Arctique soit exempt de glace en été serait d’une fois par siècle avec un réchauffement climatique de 1,5°C, contre au moins une fois par décennie avec un réchauffement de 2°C. Les récifs coralliens diminueraient de 70 à 90 pour cent avec un réchauffement climatique de 1,5°C, alors qu’ils disparaîtraient pratiquement tous (> 99 pour cent) avec un réchauffement de 2°C.

Le rapport estime que limiter le réchauffement climatique à 1,5°C nécessiterait des transitions « rapides et de grande envergure » dans les domaines du territoire, de l’énergie, de l’industrie, des bâtiments, des transports et des villes. Les émissions mondiales nettes de dioxyde de carbone (CO2) d’origine humaine devraient diminuer d’environ 45 % par rapport aux niveaux de 2010 d’ici 2030, pour atteindre « zéro net » vers 2050. Cela signifie que toutes les émissions restantes devraient être équilibrées en supprimant le CO2 du air.

Instruments juridiques des Nations Unies

Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

La famille des Nations Unies est à l’avant-garde des efforts visant à sauver notre planète. En 1992, son « Sommet de la Terre » a donné lieu au Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) comme une première étape dans la résolution du problème du changement climatique. Aujourd’hui, son adhésion est quasi universelle. Les 197 pays qui ont ratifié la Convention sont Parties à la Convention. L’objectif ultime de la Convention est d’empêcher toute interférence humaine « dangereuse » avec le système climatique.

protocole de Kyoto

En 1995, les pays ont lancé des négociations pour renforcer la réponse mondiale au changement climatique et, deux ans plus tard, ont adopté la protocole de Kyoto. Le Protocole de Kyoto lie juridiquement les pays développés parties à des objectifs de réduction des émissions. La première période d’engagement du Protocole a débuté en 2008 et s’est terminée en 2012. La deuxième période d’engagement a débuté le 1er janvier 2013 et s’est terminée en 2020. Il y a désormais 198 Parties à la Convention et 192 Parties à la Convention. protocole de Kyoto

Accord de Paris

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Gaza : Les pires craintes de famine se sont concrétisées alors qu’un dixième enfant serait « mort de faim »

« Les rapports officiels d'hier ou de ce matin indiquaient qu'il y avait un dixième enfant officiellement enregistré dans un hôpital comme ayant mort de faim", a déclaré le porte-parole de l'agence de santé des Nations Unies, Christian Lindmeier....

Het verwelkomen van de kwetsbaren is leven in de stijl van het evangelie europahoy.new

Franciscus ontving in het Vaticaan de deelnemers aan de tweede editie van de "Cattedra dell'accoglienza" (voorzitter van welkom), die vandaag in Sacrofano wordt afgesloten. De uitnodiging die hij deed was niet het risico te lopen de dienstverlening aan...

Le changement climatique menace les antiquités

Une étude réalisée en Grèce montre comment les événements météorologiques affectent le patrimoine culturel La hausse des températures, la chaleur prolongée et la sécheresse affectent le changement climatique dans le monde entier. Aujourd'hui, la première étude menée en Grèce...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.