AccueilNederlandAprès le conflit,...

Après le conflit, les crimes de guerre doivent être poursuivis de toute urgence

Depuis 75 ans maintenant, Israël tente de concilier sa politique avec celle de son environnement régional. Ces dernières semaines, cette tâche loin d’être facile semble s’être transformée en une mission presque impossible. Parce qu’Israël rejette toutes les résolutions des Nations Unies, imposant non seulement le retrait des territoires occupés depuis 1948, la question palestinienne s’est radicalisée année après année pour arriver aujourd’hui à cette polarisation qui divise plus que jamais deux sociétés qui veulent en finir avec l’autre. autre.

Le sionisme, qui trouve son origine dans la création d’un État d’Israël en Palestine, n’a plus rien à voir avec le projet imaginé par Theodor Herzl. De socialiste, collectiviste, humaniste et laïque, il l’est aujourd’hui encore davantage, sous la houlette de l’inoxydable Premier ministre Benjamin Netanyahu, un sionisme nationaliste, religieux, colonialiste, ultralibéral et réactionnaire dans toute la région. Aujourd’hui, il ne s’agit plus d’en rechercher les causes et les responsables, car il s’agit d’un processus sans fin. Afin de préparer un jour une hypothétique paix, nous devons affirmer que le gouvernement israélien et le Hamas devront d’abord répondre de leurs actes, qui constituent clairement des crimes de guerre, puis intégrer toutes les composantes du paysage politique israélien et palestinien dans afin de trouver une solution à la situation impossible : et cette seule solution est la création d’un État palestinien aux frontières de la Ligne verte du 5 juin 1967, et permettre aux deux États de vivre dans une coexistence pacifique, dans le cadre d’une une solution politique juste et durable. Il n’existe pas de solution militaire à la question israélo-palestinienne.

La responsabilité de Netanyahou

L’attentat du Hamas du 7 octobre montre à quel point le camp palestinien est dominé par les islamistes et que l’Autorité palestinienne à Ramallah est réduite à l’impuissance. Mais ils se battent pour la même cause. La mort-naissance de l’État palestinien n’a fait qu’entraîner une succession de tragédies vécues par les Palestiniens de guerre en guerre depuis 1948. Israël a tout fait pour condamner cet État, tout pour affaiblir l’Autorité palestinienne et favoriser les extrêmes afin de diviser. . Netanyahu lui-même a reconnu en 2019 qu’il était nécessaire de renforcer le Hamas, responsable de nombreux maux actuels, afin d’affaiblir Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité, et d’empêcher la création d’un État palestinien. Afin de satisfaire les partis qui l’ont ramené au poste de Premier ministre, Netanyahu a continué à coloniser la Cisjordanie, renforçant la sécurité des colons, sapant la sécurité du sud d’Israël et transformant le sionisme en un projet visant à détruire tout l’espoir de voir naître un État palestinien dans un avenir proche. Pire encore, Benjamin Netanyahu a été informé de l’attaque du Hamas par les renseignements israéliens, selon son prédécesseur Yair Lapid. En effet, l’ancien Premier ministre israélien a déclaré avoir reçu des informations des services de renseignement avant l’attaque du Hamas. Selon lui, son successeur Benjamin Netanyahu l’a également reçu. C’est également sous « Bibi » que les écoutes téléphoniques des renseignements à Gaza ont été stoppées il y a plus d’un an, par manque d’intérêt et d’utilité, selon les mêmes services.

Le soutien aveugle de Washington à Tel-Aviv

Il faut déjà penser à l’après-guerre, et faire appel aux médiateurs traditionnels entre les deux camps : essentiellement l’Egypte et le Qatar. Le retrait américain a affaibli la situation globale dans la région et a donné carte blanche à de nombreux groupes terroristes. L’opinion publique israélienne se retourne de plus en plus contre Netanyahu, accusé de faire le jeu des Palestiniens par sa soif de pouvoir, en réponse aux provocations constantes des membres nationalistes et religieux extrémistes de sa majorité. Le Premier ministre a mis en danger le pays, soutenu aveuglément par Washington : beaucoup pensent déjà à l’ère post-Netanyahu, car l’État juif ne peut pas continuer avec quelqu’un qui restera dans l’histoire comme le dirigeant sous lequel 1 400 civils israéliens ont été tués. sur le sol israélien. Les États-Unis ont une double responsabilité : financer Israël sans fin et le laisser se débrouiller en se retirant. Le feront-ils maintenant que Washington est si conscient du manque de cohérence et de stratégie de la politique actuelle d’Israël ?

Quelle justice pour punir les crimes de guerre ?

La campagne de représailles menée par Tel Aviv à Gaza a déjà fait plus de 7 000 morts, dont 3 500 enfants. Qui peut tolérer cela ? Les pays arabes ? L’ouest? Les États Unis? Même Joe Biden a condamné le caractère excessif des représailles israéliennes contre les civils de Gaza. Cette opération « Hannibal » est un combat jusqu’au bout pour éradiquer le mal : Israël ne s’arrêtera que lorsqu’il aura vaincu le Hamas. Et les otages civils ? Ceci est devenu secondaire, ce qui inquiète de plus en plus les familles des prisonniers, qui protestent en manifestant et en s’exprimant largement dans les médias israéliens et internationaux. C’est là que la création d’une commission d’enquête en Israël jouera à l’avenir un rôle fondamental. Netanyahu a déjà accepté de le faire. Mais plus encore, au niveau international, qui punira le Hamas d’un côté et Israël de l’autre pour les crimes commis ce mois-ci ? On parle de crimes de guerre, mais certains parlent déjà de génocide à Gaza. D’autant que l’État hébreu ne reconnaît pas la Cour pénale internationale et n’est donc pas obligé de respecter ses décisions ou jugements. Comme son grand frère américain, bien sûr !

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Vrede voor Azië roept op tot belangrijke conferentie over minderheidsrechten in Zuid-Azië -europeantimes.news- europahoy.new

Genève, 12 juli 2024 – Peace for Asia was gastheer van een cruciaal evenement met de titel “Minority Rights in South Asia” in Genève, waarbij de aandacht werd gevestigd op de urgente problemen waarmee etnische en sektarische gemeenschappen in...

Peace for Asia organise une conférence clé sur les droits des minorités en Asie du Sud -europeantimes.news-

Genève, le 12 juillet 2024 – Peace for Asia a organisé à Genève un événement crucial intitulé « Droits des minorités en Asie du Sud », attirant l'attention sur les problèmes urgents auxquels sont confrontées les communautés ethniques et...

Dwangarbeid is geïnstitutionaliseerd en gevaarlijk, waarschuwt VN-mensenrechtenbureau europahoy.new

In een rapport gebaseerd op 183 interviews met slachtoffers en getuigen van dwangarbeid die erin slaagden de DVK te ontvluchten en nu in het buitenland wonen, OHCHR citeerde de getuigenis van één persoon dat als een dagelijks werkquotum niet...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.