AccueilNederlandUn hammam vieux...

Un hammam vieux de 500 ans rappelle le passé antique d’Istanbul

Fermé au public depuis plus d’une décennie, le superbe Zeyrek Çinili Hamam révèle une fois de plus ses merveilles au monde.

Situés dans le quartier de Zeyrek à Istanbul, sur la rive européenne du Bosphore, à côté du quartier historique de Fatih, les bains publics ont été construits en 1530 par Mimar Sinan, l’architecte en chef de célèbres sultans ottomans tels que Soliman le Magnifique.

« Chinili » signifie « recouvert de tuiles » en turc, ce qui met en évidence la caractéristique la plus frappante de la décoration intérieure du hammam : il était autrefois recouvert de milliers de tuiles Nikk bleu vif.

Ouvert pendant cinq siècles, servant principalement de hammam au public mais aussi brièvement d’entrepôt à la fin des années 1700, le hammam était dans un état de délabrement jusqu’à sa fermeture en 2010.

Ses murs sont couverts de moisissures et les carrelages ont quasiment disparu. Le hammam a été temporairement ouvert en 2022 pour la Biennale d’Istanbul, mais il est désormais sur le point de prendre une toute nouvelle vie.

Après 13 ans d’oubli, Chinili Hammam accueille à nouveau ses invités : d’abord comme espace d’exposition, puis, à partir de mars 2024, comme bain public avec des sections séparées pour hommes et femmes.

En plus de bénéficier d’un lifting complet, le hammam gagnera également un espace d’art contemporain sous les arches de la citerne byzantine qui libérait autrefois l’eau de ses robinets en laiton, un nouveau musée retraçant l’histoire du bâtiment et un jardin rempli de lauriers. plantes, écrit CNN.

Il s’agit de la deuxième restauration historique majeure réalisée par la société immobilière The Marmara Group, qui a acheté le bâtiment en 2010.

Révéler le passé

« Lorsque nous avons acheté le hammam, nous ne connaissions rien de son histoire. Mais à Zeyrek, partout où vous creusez, vous trouvez quelque chose », explique Koza Yazgan, directeur créatif du projet.

« Dans la section des hommes, nous avons trouvé des carreaux rectangulaires, différents des carreaux hexagonaux habituels. Ils étaient accrochés au mur et portaient un poème en farsi, chaque carreau portant un vers différent. Nous les avons traduits, étudiés et découvert qu’ils avaient été perdus à un moment donné – ils ne se trouvaient pas là où Sinan les avait initialement placés », ajoute-t-il.

Lorsque le hammam a été construit, les murs étaient recouverts d’environ 10 000 carreaux, mais seuls quelques-uns ont survécu. Certains ont été perdus, d’autres volés et d’autres encore endommagés par des incendies et des tremblements de terre. Les carreaux ont même été vendus à des musées étrangers à la fin du XIXe siècle – le groupe Marmara a retracé bon nombre d’entre eux dans des collections privées et des institutions culturelles lointaines, notamment le V&A de Londres.

Une équipe d’archéologues et d’historiens du hammam les aide à identifier exactement l’origine de leurs carreaux. Quant aux mystérieuses tuiles farsi, Yazgan poursuit : « Nous avons décidé de ne pas les laisser là où nous les avons trouvées, mais de les exposer au musée. »

Conçu par la société allemande Atelier Brüeckner, dont les projets précédents incluent le très attendu Grand Musée égyptien du Caire et le Louvre à Abu Dhabi, le musée Chinili Hammam exposera certains des nombreux objets romains, ottomans et byzantins découverts lors de la restauration du hammam – de des pièces de monnaie aux graffitis inhabituels sur les navires étrangers.

Les visiteurs pourront admirer une gamme d’objets éclectiques utilisés par les visiteurs du bain dans le passé, notamment des sabots en nacre étincelants appelés nalin.

Un étage entier du musée sera dédié aux incroyables carreaux d’iznik – une exposition futuriste de réalité augmentée transportera les visiteurs dans les bains publics de l’époque de Mimar Sinan, recouvrant les murs blancs de leur pleine lueur turquoise.

Il s’agit d’une tentative impressionnante de reconstruire quelque chose de disparu depuis longtemps, mais Yazgan le considère comme nécessaire. « Compte tenu de l’évolution de la ville au cours des 20 dernières années, je pense qu’il est plus important que jamais de protéger ces lieux historiques. Sinon, ils seront tous perdus », dit-elle.

La beauté intemporelle

Bien que ses structures en bois à plusieurs étages se soient développées à l’origine autour du riche monastère de Pantokrator du XIIe siècle, Zeyrek est aujourd’hui un quartier ouvrier.

La vie se concentre autour des marchés aux épices et à la viande, tandis que l’arôme fruité du perde pilavı (plat de poulet, de raisin et de riz de l’est de la Turquie) émane des restaurants.

Bien qu’il fasse partie de la zone d’Istanbul classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, Zeyrek n’a rien à voir avec le quartier voisin de Sainte-Sophie, qui abrite Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue et le palais de Topkapi. Les touristes étrangers sont très rares ici.

Les rues du quartier sont très bruyantes et le hammam d’une superficie de plus de 2 800 mètres carrés offre une évasion paisible.

Kem göz (mauvais œil) est accroché à la porte d’entrée, garantissant que tous les esprits malveillants restent à l’écart. Comme elle l’aurait été il y a 500 ans, la porte en chêne est lourde et épaisse, mais elle est si neuve qu’elle dégage encore une odeur de scierie.

Après avoir franchi le seuil, le visiteur traverse trois salles – un processus typique de tous les bains turcs. Le premier est celui « froid » (ou plus précisément à température ambiante), dans lequel les convives se détendent. Il est recommandé de se reposer sur les canapés avec du café ou du thé chaud.

Vient ensuite la pièce chaude – une zone sèche dans laquelle le corps s’acclimate à des températures d’environ 30 degrés Celsius. La dernière pièce est le haaret à vapeur, chauffé à 50 degrés Celsius.

« C’est un lieu de purification – tant spirituelle que physique. Une heure d’évasion loin des choses terrestres », explique Yazgan. Des préposés habillés lavent et massent leurs clients dans cette zone.

Savoir-faire ottoman et minimalisme impeccable s’associent dans Chinili Hammam pour créer l’espace de détente ultime.

Les étoiles de verre sur les plafonds en forme de dôme laissent entrer suffisamment de lumière naturelle, mais n’irritent pas les yeux. Les détails ottomans originaux stimulent l’esprit, mais ne perturbent pas l’atmosphère de tranquillité.

La nouvelle vie

Dans un premier temps, alors que les bains du hammam sont encore secs, Chinili accueillera une exposition ponctuelle d’art contemporain avec des œuvres spéciales dédiées aux thèmes de la ruine, de l’histoire et de la guérison – trois mots qui résument l’histoire du lieu.

Après la fin de l’exposition en mars 2024, les bains seront remplis d’eau et retrouveront leur fonction d’origine. Yazgan affirme que le hammam reproduira avec précision les traditions balnéaires ottomanes.

Au lieu de massages suédois et d’huiles parfumées, il y aura des salles chaudes et humides, divers soins chiropratiques et des massages à bulles.

Cependant, Yazgan met en évidence quelque chose qui distinguera Cinili des hammams traditionnels en Turquie.

« Habituellement, dans les hammams, le design de la section pour hommes est plus haut et plus élaboré. Ils ont des plafonds plus voûtés et des tuiles. Mais ici, il y aura des journées tournantes pour chaque section afin que chacun puisse profiter de la beauté du bain, quel que soit son sexe.

Le microcosme d’Istanbul

Le groupe Marmara estime que le hammam récemment restauré peut complètement changer la dynamique du quartier, en utilisant ses sites historiques sous-estimés pour faire de Zeyrek une destination de tourisme culturel.

« Nous prévoyons de créer une ‘carte de Zeyrek’ montrant où les clients du hammam peuvent visiter d’autres attractions de la région ou dîner dans un espace historique », explique Yazgan.

Les sites à visiter sont nombreux dans les environs : la mosquée Zeyrek, le monumental aqueduc romain de Valens et la mosquée baroque Süleymaniye sont à 15 minutes à pied.

Et même si l’augmentation du nombre de visiteurs peut exposer le quartier à un risque de surtourisme, le hammam a le potentiel de rejoindre le portefeuille toujours croissant de sites culturels remarquables d’Istanbul : où l’on peut se plonger dans le passé cosmopolite de la ville, en participant à un vieux rituel.

« Avec le musée, les salles de relaxation et les objets historiques, le hammam est comme un microcosme d’Istanbul », explique Yazgan.

Photo : zeyrekcinilihamam.com

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

De Regie der Gebouwen onthult eerste gerestaureerde deel van de voorgevel van het Brusselse Justitiepaleis en het standbeeld Minerva

Het buitenschrijnwerk van de voorgevel wordt gerestaureerd en opnieuw geschilderd. Hiervoor werden al testrestauraties uitgevoerd.   Een aantal van de ruiten wordt voorzien van  nieuwe beglazing. Afhankelijk van de ruimtes zal het gaan om veiligheids- of anti-inbraakglas (hoogbeveiligde ruimtes) ofwel...

De samenwerkingsreis van de Koningin naar Guatemala europahoy.news

Hare Majesteit de Koningin maakt van 4 tot en met 6 juni een samenwerkingsreis naar Guatemala. ​Doña Letizia zal kunnen leren over het werk dat de Spaanse Samenwerking in Guatemala ontwikkelt via projecten ter ondersteuning van kinderen, jongeren en gender,...

‘Schokkende’ aanslagen in Kharkiv, oproep om hulp aan burgers van Myanmar, maritieme rechtbank dringt aan op klimaatactie en bescherming van burgers europahoy.news

Denise Brown zei dat alle partijen de levens van burgers moeten beschermen tijdens het conflict, maar in Kharkiv zijn ze de afgelopen dagen in plaats daarvan in hun huizen aangevallen, waarbij bedrijven en transportverbindingen beschadigd en aangevallen zijn. “Mijn gedachten...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.