AccueilACTUALITEL'Allemagne fait-elle obstacle...

L’Allemagne fait-elle obstacle à l’obtention d’une carte d’identité européenne pour les personnes gravement handicapées ?

Berlin [ENA] L’UE souhaite introduire un permis de stationnement et un permis de stationnement européen uniforme et le permis de stationnement européen actuel pour les personnes handicapées doit être renforcé. Le Conseil fédéral bloque actuellement ce projet avec une résolution qui doit maintenant être discutée.

Une carte d’identité européenne de personne gravement handicapée est exigée depuis longtemps, c’est-à-dire une carte d’identité européenne uniforme attestant d’un handicap grave. L’UE a alors lancé un projet pilote il y a de nombreuses années, qui est aujourd’hui achevé. La prochaine étape prévue est l’introduction de la carte européenne de personne gravement handicapée. La proposition de la Commission est actuellement examinée par le Parlement européen et le Conseil. Si la proposition est adoptée, les États membres disposeront d’un délai de 18 mois pour transposer les dispositions de la directive dans leur droit national.

La procédure est actuellement bloquée par l’Allemagne car le Conseil fédéral allemand a ouvert une procédure pour « ouvrir la procédure sur l’application des principes de subsidiarité et de proportionnalité ». Dans sa résolution du 20 octobre 2023, le Conseil fédéral a déclaré que la carte d’identité européenne pour personne gravement handicapée et un permis de stationnement uniforme à l’échelle de l’UE étaient les bienvenus, mais que l’une des exigences adressées au gouvernement fédéral était le nom de la carte d’identité européenne pour personne gravement handicapée. carte.

« L’introduction d’un nouveau document d’identification offre la possibilité de choisir un nom à connotation positive qui va au-delà des termes historiquement développés et qui met l’accent sur la participation et l’inclusion. Une «carte européenne de participation» ou une «carte européenne d’inclusion» pourraient représenter des alternatives appropriées», indique la décision du Conseil fédéral. Cependant, il y a aussi des éléments cruciaux à lire dans la décision.

Le Conseil fédéral considère évidemment aussi comme problématiques les réglementations prévues en matière de mobilité, c’est-à-dire permettre aux personnes titulaires d’une carte européenne de personne gravement handicapée d’utiliser les transports publics locaux et demande «le domaine des conditions particulières basées sur les dispositions légales en matière de ​​les services de transport de personnes doivent être retirés du champ d’application ». supprimer.

Le Conseil fédéral a expliqué dans sa décision les dangers d’une «discrimination nationale». Cela signifie que les critères des différents États de l’UE pour la reconnaissance d’une carte de personne gravement handicapée sont interprétés différemment. Cela signifie que le terme et la définition du moment où une personne est considérée comme « handicapée » sont définis par chaque État de l’UE pour lui-même. Avec la carte européenne de personne gravement handicapée, cela peut signifier qu’une personne dans le pays de vacances pourrait percevoir des prestations via la carte européenne de personne gravement handicapée dans le pays de résidence, même si les critères de reconnaissance du handicap grave n’existent pas dans le pays de résidence. .

La résolution du Conseil fédéral évoque également des charges supplémentaires au sein des Länder et des communes, ainsi que des efforts de mise en œuvre supplémentaires. Même si elle n’est pas clairement présentée, la décision se lit comme un engagement en faveur d’un permis européen pour personnes gravement handicapées et d’un permis de stationnement, mais suit ensuite une longue liste de points censés s’y opposer.

Cela dépend désormais de la réaction des ministères fédéraux, mais la décision du Conseil fédéral a clairement montré que l’argent et le besoin de personnel supplémentaire constituent l’un des principaux facteurs à prendre en compte. Des points qui sont évidemment souvent perçus comme un obstacle aux projets sociaux ou à la mise en œuvre et au renforcement des droits des personnes handicapées. La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées n’est pas nouvelle et les gouvernements dirigés par l’Union en particulier ont eu une excellente occasion de créer davantage de bases juridiques afin de pouvoir mettre en œuvre de manière cohérente la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

Le fait que le terme « handicap grave » soit interprété différemment montre également clairement que nous connaissons des évolutions sociales différentes à travers l’Europe et qu’un accord clair sur le moment où une limitation existe a moins à voir avec les sentiments de l’individu, mais repose sur des paramètres différents. généralement défini par ceux qui n’ont eux-mêmes aucune limitation, mais croient pouvoir les évaluer.

Il existe d’autres différenciations dans la validité de la carte européenne de personne gravement handicapée, car elle n’est destinée qu’à de courts séjours dans un autre pays de l’UE, qui sont eux-mêmes définis comme étant de 3 mois. Cependant, ce délai est en contradiction avec d’autres réglementations. En Espagne, par exemple, de courtes vacances allant jusqu’à 179 jours sont possibles. Déclaration de B90 / Katrin Langensiepen : https://bit.ly/EU-Schwerbehindertenkarten

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Le presse-papiers de Windows est désormais alimenté par l’IA

Imaginez si votre presse-papiers pouvait exploiter la puissance de IA. Ce n'est plus une fiction – Windows dispose déjà de la nouvelle mise à jour PowerToys Advanced Paste, qui rend ce genre de fonctionnalité réel. Cette nouveauté est cependant...

Un témoin de Jéhovah russe condamné à 8 ans de prison

Le 16 mai 2024, le tribunal régional de Samara a confirmé la condamnation du témoin de Jéhovah Alexander Chagan à 8 ans de prison en vertu de la partie 1 de l'art. 282.2 Code pénal (organisation des activités...

Guerre des devises : réalité ou fantasme ?

Communiqué de presse // Chaque cycle économique a sa guerre des devises. Dans les années 1920, la France, l’Allemagne et la Belgique ont dévalué leur monnaie pour revenir à l’étalon-or, abandonné pendant la Première Guerre mondiale. Dans les...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.