AccueilNederlandUkraine : Les...

Ukraine : Les viols et les tortures perpétrés par les forces russes se poursuivent, rapportent des experts des droits de l’homme

Membres de Commission d’enquête internationale indépendante sur l’Ukraine dit le Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève, ils ont documenté des attaques à l’arme explosive contre des immeubles d’habitation, des infrastructures civiles et des institutions médicales, ainsi que des actes de torture et des violences sexuelles et sexistes.

Allégations de viol

Le président de la Commission, Erik Møse, a fourni au Conseil des détails poignants sur les conclusions, notant que dans la région de Kherson, « des soldats russes ont violé et commis des violences sexuelles contre des femmes âgées de 19 à 83 ans », souvent accompagnés de menaces ou d’autres violations. .

« Souvent, les membres de la famille étaient gardés dans une pièce adjacente, forcés ainsi d’entendre les violations qui avaient lieu », a déclaré M. Møse.

Torture « généralisée »

La Commission a déclaré que ses enquêtes à Kherson et Zaporizhzhia révèlent un recours « généralisé et systématique » à la torture par les forces armées russes contre des personnes accusées d’être des informateurs de l’armée ukrainienne, ce qui dans certains cas a entraîné la mort.

M. Møse a cité une victime de torture disant : « Chaque fois que je répondais que je ne savais pas ou que je ne me souvenais pas de quelque chose, ils me donnaient des décharges électriques… Je ne sais pas combien de temps cela durait. Cela m’a semblé une éternité.

Sonder l’enfant lui confère une « priorité »

Les Commissaires ont également indiqué qu’ils ont continué à enquêter sur des situations individuelles de transferts présumés d’enfants non accompagnés par les autorités russes vers la Fédération de Russie.

« Ce point reste en tête de notre liste de priorités », a assuré M. Møse au Conseil.

Une possible « incitation au génocide »

La Commission s’est déclarée préoccupée par les allégations de génocide en Ukraine, avertissant que « certains discours diffusés dans l’État russe et dans d’autres médias pourraient constituer une incitation au génocide ».

M. Møse a déclaré que la Commission « poursuivait ses enquêtes sur ces questions ».

Appel à la responsabilité

Les enquêteurs indépendants nommés par l’ONU ont souligné la nécessité de rendre des comptes et ont exprimé leurs regrets quant au fait que toutes leurs communications adressées à la Fédération de Russie « restent sans réponse ».

Dans leur rapport, les commissaires ont également exhorté les autorités ukrainiennes à enquêter « rapidement et de manière approfondie » sur les quelques cas de violations commises par leurs propres forces.

Aucune équivalence

Répondant lundi aux questions des journalistes à Genève, les enquêteurs indépendants nommés par l’ONU ont fermement réfuté toute suggestion d’équivalence dans les violations commises par les deux parties.

M. Møse a souligné que du côté russe, la Commission avait constaté un « large spectre » et un « grand nombre de violations ». Du côté ukrainien, il y a « quelques exemples » liés à des attaques aveugles ainsi qu’à des « mauvais traitements infligés aux Russes en captivité ukrainienne », a-t-il déclaré.

Des enquêtes plus approfondies

La dernière mise à jour reflète les enquêtes en cours de la Commission au cours de son deuxième mandat, qui a débuté en avril de cette année.

M. Møse a déclaré qu’elle entreprenait désormais « des enquêtes plus approfondies » sur les attaques illégales à l’aide d’armes explosives, les attaques contre des civils, la torture, les violences sexuelles et sexistes et les attaques contre les infrastructures énergétiques.

« Cela pourrait également permettre de déterminer si la torture et les attaques contre les infrastructures énergétiques constituent crimes contre l’humanité», ont déclaré les commissaires.

La Commission

La Commission d’enquête internationale indépendante sur l’Ukraine a été créée par le Conseil des droits de l’homme le 4 mars 2022 pour enquêter sur toutes les allégations de violations et d’abus des droits de l’homme, de violations du droit international humanitaire et de crimes connexes dans le contexte de l’agression contre l’Ukraine par la Russie.

Ses trois membres sont le président Erik Møse, Pablo de Greiff et Vrinda Grover. Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et ne reçoivent pas de salaire pour leur travail.

Le mandat de la commission d’enquête a été prolongé par le Conseil en avril dernier pour une nouvelle période d’un an. Son prochain rapport à l’Assemblée générale est attendu en octobre.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Waar moet ik nu heen? Vraag de inwoners van Gaza die zijn ontworteld door nieuwe Israëlische evacuatiebevelen europahoy.news

In Khan Younis meldde de Palestijnse vluchtelingenorganisatie van de VN (UNRWA) getuige te zijn geweest van ‘duizenden mensen die naar het westen vluchtten als onderdeel van de uittocht uit de zuidelijke stad van de enclave te midden van aanhoudende...

Vous pouvez louer cette propriété du roi Charles III -europeantimes.news-

En 2006, il achète une propriété en Roumanie qui comprend une maison, une forêt, une prairie à perte de vue et un atelier artisanal. Très probablement, jusqu'à présent, vous associiez uniquement la Transylvanie au comte Dracula. Il est temps d'ajouter à...

De Europese Commissie onderzoekt Delivery Hero en Glovo op mogelijke concurrentiebeperkende praktijken -europeantimes.news- europahoy.news

In een gedurfde stap om de concurrentie op de bloeiende online markt voor voedselbezorging veilig te stellen, is de Europese Commissie een formeel antitrustonderzoek gestart naar twee van Europa's grootste voedselbezorgbedrijven, Delivery Hero en Glovo. Dit onderzoek zou...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.