AccueilNederlandPremière personne : la...

Première personne : la mort d’une famille constitue un « tournant » dans la vie d’un humanitaire sud-soudanais

Elle est actuellement déployée au sein du bureau des affaires humanitaires des Nations Unies, OCHAau nord de son pays, en soutien aux réfugiés qui fuient le conflit au Soudan.

Elle a parlé à Actualités de l’ONU en avance Journée mondiale de l’aide humanitaire qui est commémorée chaque année le 19 août.

« Sauver des vies est devenu une de mes passions quand j’avais 15 ans. Un de mes cousins ​​restait avec nous pour les vacances. Nous étions si proches qu’elle venait directement chez moi après l’internat, à la place de ses parents. Nous avons tout fait ensemble.

Joyce Asha Laku a rejoint OCHA en 2013 en tant qu’agent national de terrain au Soudan du Sud.

Un matin, il était temps pour elle de retourner à l’école et je l’ai accompagnée jusqu’à son arrêt de bus. Je ne savais pas que ce serait la dernière fois que je la verrais. Vers 4 heures du matin, nous avons appris que le bus avait eu un terrible accident. Il est tombé d’un pont, tuant 21 passagers, dont mon cousin.

Tant de mères et de pères ont pleuré autour de moi, et pourtant, je n’ai pas pu verser une larme.

Je me suis immédiatement rendu au poste de police pour m’enquérir d’elle – à ce moment-là, je ne savais pas qu’elle faisait partie des victimes. Les informations arrivaient très tard aux familles car beaucoup devaient se rendre au commissariat de police à vélo et le trajet était long.

Ils avaient clairement besoin d’aide pour le sauvetage et je me suis porté volontaire. Il n’y avait pas assez d’ambulances, alors nous repêchions les corps hors de l’eau et les empilions sur le rivage. Je ne sais pas comment j’ai gardé mon calme, mais je l’ai fait.

À l’hôpital, de nombreuses familles attendaient avec impatience des réponses. Tant de mères et de pères ont pleuré autour de moi, et pourtant, je n’ai pas pu verser une larme.

Ce n’est que lorsque je me suis éloigné de tout ce chaos et que je suis rentré chez moi que j’ai ressenti le poids de mes propres émotions. C’est à ce moment-là que j’ai réalisé que je voulais devenir travailleur humanitaire et consacrer ma vie à aider les autres et à sauver des vies ; un moment de douleur incroyable est devenu un tournant dans ma vie.

Violences au Soudan du Sud

En 2016, je travaillais au Soudan du Sud lorsque des violences ont éclaté suite à l’échec de l’accord de paix qui a mis fin à la guerre civile. Tous les humanitaires impliqués dans l’intervention ont reçu soudainement l’ordre d’évacuer, mais les militaires ne nous ont pas laissé passer et ont bloqué les routes. Ils tiraient sur ceux qui tentaient de fuir, y compris sur nous.

Je ne sais pas d’où j’ai trouvé le courage de rester calme. J’ai fait de mon mieux pour ne pas paniquer, j’ai tenu bon et j’ai exigé des réponses des autorités. Tout ce à quoi je pensais, c’est que nous avions une responsabilité envers la communauté et que nous ne pouvions tout simplement pas la laisser tomber.

Crise au Soudan

La crise actuelle au Soudan, notre voisin du nord, est désormais pire que jamais. J’ai été déployé à Renk, une ville du Soudan du Sud, pour surveiller et rendre compte de la situation humanitaire.

La saison des pluies a rendu la vie difficile dans le camp de Renk.

© UNOCHA/Iramaku Vundru Wilfred

La saison des pluies a rendu la vie difficile dans le camp de Renk.

Les personnes fuyant le Soudan sont confrontées à de nombreuses difficultés lors de leurs déplacements. Des milliers de personnes fatiguées, déshydratées et malades continuent de s’inscrire chaque jour au point d’entrée. Beaucoup d’entre eux ont été victimes de brutalités, d’exploitation, d’extorsion et de pillage.

Les femmes et les enfants sont souvent victimes de violences sexuelles, et les enfants sont plus vulnérables que jamais : beaucoup ne sont pas scolarisés, ont peur et ont faim.

Au poste frontière, j’ai vu arriver une femme, ses deux enfants et son beau-frère épuisés. Le mari de la femme a été abattu et est mort devant eux. Ils ont enterré le corps et se sont enfuis.

Alors qu’ils se dirigeaient vers la sécurité, la voiture dans laquelle ils se trouvaient a été impliquée dans un accident. Plusieurs personnes sont mortes et de nombreuses autres ont été blessées, notamment son fils de neuf ans dont la jambe s’est fracturée.

Elle m’a dit qu’ils ne pouvaient pas laisser cela les arrêter, alors ils ont continué leur chemin jusqu’à la frontière en utilisant une charrette tirée par un âne.

Les personnes vivant dans un camp temporaire à Renk vont chercher de l'eau.

© UNOCHA/Iramaku Vundru Wilfred

Les personnes vivant dans un camp temporaire à Renk vont chercher de l’eau.

Alors qu’ils arrivaient à la frontière, son enfant de deux ans est décédé sous le regard impuissant du personnel de santé. Finalement, elle a été transportée d’urgence au centre de santé le plus proche, à Renk, avec son enfant de neuf ans, tandis que son beau-frère restait à la frontière pour enterrer son bébé.

Je suis moi-même mère ; Je ne peux qu’imaginer la douleur qu’elle a endurée. Elle n’a même pas pu enterrer son propre enfant.

Défis liés aux infrastructures

L’un des principaux problèmes auxquels nous sommes confrontés est la médiocrité des infrastructures. Le transport des rapatriés est devenu un énorme problème. Les pistes ne sont pas conçues pour accueillir de gros avions, ce qui signifie que seuls les petits avions peuvent atterrir. Lorsqu’il pleut beaucoup, les vols sont annulés ou restent bloqués au sol.

Pour désengorger Renk, le gouvernement et l’Organisation internationale des migrations (OIM) transporte les rapatriés vers Malakal par bateau, ce qui prend plus de deux jours.

Les passagers arrivent à destination épuisés, déshydratés et souvent malades, et les agents de santé sont débordés par le grand nombre de patients.

Passion et dignité

À mes collègues nationaux qui aspirent à plus, je dis ceci : nous ne devons pas perdre espoir. Continuons à rechercher des opportunités et veillons à faire les choses de la bonne manière – avec passion et dignité – tout en continuant à servir nos pays.

La chose la plus importante pour moi est l’amour pour notre peuple, pour l’humanité que nous servons et pour ce que nous faisons.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Wat is de VN-Mensenrechtenraad? europahoy.nieuws

Is nieuwe sessie De bijeenkomst, die maandag begint, is de langste tot nu toe, tot april, en belooft een volle agenda, met aanhoudende oorlogen in Gaza, Soedan en Oekraïne, de situatie van mensenrechtenverdedigers over de hele wereld en meer...

UNHCR helpt duizenden mensen op de vlucht voor geweld door gewapende groepen in het noorden van Mozambique europahoy.new

Sinds het begin van de laatste uitbraak begin februari zijn ruim 70.000 mensen hun huizen ontvlucht naar zuidelijke districten, aldus het agentschap vrijdag. Alleen al in één district, Chiure, zijn ruim 56.000 mensen getroffen, terwijl ruim 33.000 mensen zijn...

Monesave présente la budgétisation socialisée : découvrez l’application qui révolutionne tranquillement la façon dont les utilisateurs budgétisent

Cette application fintech révolutionne et socialise les finances personnelles avec des comparaisons budgétaires anonymes, des épargnes collectives et des clubs d'investissement. (EN BREF) Monesave, un innovateur en matière de fintech sociale, présente sa dernière fonctionnalité : Anonymous Budget Benchmarking, permettant aux...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.