AccueilNederlandLes crimes de...

Les crimes de guerre s’intensifient : enquêteurs des droits humains au Myanmar

« La fréquence et l’intensité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité n’ont fait qu’augmenter ces derniers mois », a déclaré Nicholas Koumjian, chef de l’équipe d’enquête, anciennement connue sous le nom de Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar (IIMM).

« Des bombardements effrontés »

S’adressant au forum de Genève, il a décrit des « bombardements aériens encore plus effrontés et des bombardements aveugles, entraînant la mort de civils innocents, dont des enfants ». Nous avons également assisté à une augmentation des exécutions de combattants et de civils capturés et à des incendies intentionnels de maisons et de villages.

Énumérant une série d’autres violations, notamment la torture, la violence sexuelle et les arrestations, M. Koumjian a souligné l’absence de procédure régulière et de responsabilité pour les crimes de guerre, en particulier au sein de l’armée du Myanmar.

Le développement fait suite à un appel de l’ONU Secrétaire général António Guterres aux dirigeants militaires du Myanmar qui ont pris le pouvoir lors d’un coup d’État le 1er février 2021 pour « écouter les aspirations de son peuple, libérer tous les prisonniers politiques et ouvrir la porte à un retour à un régime démocratique ».

Preuves et informations

« Nous continuons de faire face au défi de ne pas avoir accès au Myanmar. Nos demandes répétées d’informations et d’accès ont été ignorées par les autorités militaires », a déclaré M. Koumjian au Conseil des droits de l’homme.

Des délégations, dont l’Union européenne, la Finlande, le Canada et le Costa Rica, ont condamné la violence, tandis que de nombreux autres pays ont exhorté la junte militaire à autoriser l’IIMM à accéder au pays.

Parmi les 47 États membres du Conseil, la Chine, l’Iran et la Russie ont souligné le principe de souveraineté nationale en matière d’intervention extérieure.

Malgré le manque d’accès physique au Myanmar, le chef de l’équipe d’enquête a souligné le niveau d’informations sans précédent et inattendu qui avait été rassemblé – grâce aux témoins ainsi qu’à la technologie moderne.

« Aucun de nos travaux ne serait possible sans le courage et l’engagement des nombreuses personnes et organisations qui nous fournissent des informations », a déclaré M. Koumjian.

Nous comprenons que ce Conseil n’a pas créé notre mécanisme pour simplement stocker des preuves », a-t-il poursuivi, soulignant que les preuves ont été partagées avec la Cour internationale de Justice (CIJ), la Cour pénale internationale (CPI) et en Argentine, où des procédures pénales internationales sont en cours concernant les crimes commis contre les Rohingyas.

Minorité persécutée

Le Mécanisme continue d’enquêter activement sur les violences qui ont conduit au déplacement à grande échelle des Rohingyas du Myanmar en 2016 et 2017.

« Nous avons rassemblé des preuves irréfutables de l’incendie généralisé des villages rohingyas et des agressions et meurtres de civils. J’ai été particulièrement horrifié par les nombreux récits de crimes sexuels que nous avons recueillis », a déclaré M. Koumjian au Conseil.

Le mois dernier, le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a marqué le sixième anniversaire du début d’une offensive massive de l’armée birmane contre la minorité majoritairement musulmane de l’État de Rakhine, réitérant son appel à la justice après que des centaines de milliers de Rohingyas aient été chassés de leurs foyers par les forces de sécurité.

Quelque 10 000 hommes, femmes, enfants et nouveau-nés Rohingyas auraient été tués, plus de 300 villages incendiés et plus de 700 000 contraints de fuir vers le Bangladesh à la recherche de sécurité, rejoignant les dizaines de milliers qui ont fui les persécutions antérieures.

Lundi, au Conseil, des pays, dont le Bangladesh, ont fait écho à l’appel antérieur de M. Türk en faveur d’un retour durable des Rohingyas dans leur patrie.

« Le peuple du Myanmar souffre profondément des effets de ces crimes horribles en cours », a déclaré M. Koumjian. « J’aimerais qu’ils sachent que le Mécanisme s’engage à obtenir justice pour eux et à concentrer tous nos efforts pour garantir que les auteurs de ces crimes devront un jour rendre des comptes. »

Les enquêteurs

Le Birmanie l’équipe d’enquête était créé par l’ONU Conseil des droits de l’homme en 2018 et est devenu opérationnel en août de l’année suivante.

Son mandat est de rassembler les preuves des crimes internationaux et des violations du droit international les plus graves et de préparer les dossiers de poursuites pénales, en utilisant les informations qui lui sont transmises par le Mission internationale indépendante d’enquête sur le Myanmar.

Le Mécanisme est composé de personnel professionnel et administratif impartial et expérimenté. Il ne dispose pas de sa propre force de police, ni de ses propres procureurs ou juges.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Vrede voor Azië roept op tot belangrijke conferentie over minderheidsrechten in Zuid-Azië -europeantimes.news- europahoy.new

Genève, 12 juli 2024 – Peace for Asia was gastheer van een cruciaal evenement met de titel “Minority Rights in South Asia” in Genève, waarbij de aandacht werd gevestigd op de urgente problemen waarmee etnische en sektarische gemeenschappen in...

Peace for Asia organise une conférence clé sur les droits des minorités en Asie du Sud -europeantimes.news-

Genève, le 12 juillet 2024 – Peace for Asia a organisé à Genève un événement crucial intitulé « Droits des minorités en Asie du Sud », attirant l'attention sur les problèmes urgents auxquels sont confrontées les communautés ethniques et...

Dwangarbeid is geïnstitutionaliseerd en gevaarlijk, waarschuwt VN-mensenrechtenbureau europahoy.new

In een rapport gebaseerd op 183 interviews met slachtoffers en getuigen van dwangarbeid die erin slaagden de DVK te ontvluchten en nu in het buitenland wonen, OHCHR citeerde de getuigenis van één persoon dat als een dagelijks werkquotum niet...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.