AccueilACTUALITELe pays le...

Le pays le plus stressé d’Europe révolutionne les soins de santé mentale

Dans une nation connue pour ses paysages pittoresques et son style de vie méditerranéen détendu, une réalité cachée est enfin reconnue. La Grèce, malgré sa réputation de tranquillité, est aux prises avec un problème de santé mentale plus grave que n’importe quel autre pays d’Europe. Il s’agit d’une crise alimentée par les effets persistants de la crise financière, qui a frappé durement la Grèce, ainsi que par la perte de revenus collectifs, la baisse du PIB et les réductions de financement. Face à une telle adversité, la Grèce commence enfin à faire des progrès significatifs vers le renforcement de ses services de santé mentale.

Dans le cadre d’une démarche significative visant à améliorer les services de santé mentale, le gouvernement grec a nommé un ministre de la santé mentale— un signe bienvenu de leur engagement à s’attaquer à cette question urgente. Cela représente un changement vers l’approche suédoise et allemande consistant à reconnaître l’importance de la santé mentale dans le bien-être d’une société.

La Grèce, tout comme son voisin méditerranéen, l’Italie, est confrontée à un paradoxe : un style de vie apparemment serein dissimule un niveau de stress croissant. Le sondage Gallup 2019 Global Emotions a révélé une révélation surprenante selon laquelle 59 % des Grecs avaient été confrontés à du stress au cours des 24 heures précédentes, soit le taux le plus élevé de tous les pays étudiés. Les études réalisées après le Covid-19 semblent avoir encore exacerbé la crise.

Le sondage a également identifié les pays voisins tels que l’Italie, l’Albanie, Chypre et le Portugal parmi les plus stressés d’Europe. À l’opposé, l’Ukraine, l’Estonie, la Lettonie et le Danemark ont ​​signalé des niveaux de stress nettement inférieurs. S’inspirant des leçons d’autres pays et fondé sur les principes de soins ouverts, fondés sur des preuves, axés sur la communauté et axés sur les données, le plan quinquennal grec a été lancé par la loi no. 5015/2023 en février.

La solution grecque a déjà commencé à fonctionner. La Grèce a fait évoluer son système de santé mentale vers un soins primaires communautaires approche, en opposition à la modèle biomédical échoué et abusé. Ce changement a apporté des améliorations significatives dans la prestation de services de soins de santé mentale pour les enfants et les adolescents et repose sur la compréhension que la santé mentale peut, dans de nombreux cas, être mieux traitée en utilisant le pouvoir de la communauté et de la socialisation, ainsi que sur la compréhension que le soutien peut être plus accessible lorsqu’il est intégré aux écoles, aux sports et à d’autres activités communautaires. Cependant, malgré ces changements positifs, divers défis persistent, créant des obstacles pour les enfants et les familles qui recherchent des soins de santé mentale.

La répartition des ressources dans le système de santé mentale grec est loin d’être égale, ce qui entraîne d’importantes disparités dans la disponibilité des services et la qualité des soins selon les régions et les groupes socio-économiques. Le secteur public, en particulier, est aux prises avec une pénurie de médecins pour enfants et adolescents et d’autres professionnels certifiés de la santé mentale. Cette rareté pose des défis importants aux programmes de formation cherchant à combler ces lacunes. De plus, l’absence de données épidémiologiques officielles signifie que les besoins des différents acteurs des services de santé mentale restent obscurs.

S’appuyant davantage sur les succès de l’approche communautaire, l’initiative CAMHI a besoin de données précises pour comprendre les besoins en santé mentale des enfants, des adolescents, de leurs familles, des soignants, des éducateurs et des professionnels travaillant avec eux. Les participants ont également reçu le Rapport de synthèse, récemment publié pour l’Initiative pour la santé mentale des enfants et des adolescents (CAMHI), qui offre un aperçu complet de la santé mentale grecque et définit des objectifs clairs pour la santé mentale des enfants. Par exemple, CAMHI vise des programmes de formation pour remédier aux pénuries de personnel, des réseaux de collaboration et des ressources en ligne afin que les enfants et les adultes puissent disposer des informations dont ils ont besoin pour être vigilants quant à leur propre santé mentale.

Lorsque les adultes et les jeunes prennent conscience non seulement de leurs besoins physiques mais aussi de leurs besoins en matière de santé mentale, il existe des opportunités pour des stratégies préventives plus efficaces qui peuvent être très efficaces et réduire la pression sur les services de santé publique. Par exemple, le sport et le temps passé au soleil sont connus pour libérer des endorphines qui soulagent chimiquement le stress, tandis que d’autres aides comme les balles anti-stress et le chewing-gum sans sucre peuvent être la clé de pratiques de soins personnels comme Thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et la méditation, qui peut réduire l’anxiété et améliorer la concentration grâce à des actions répétées comme mâcher et presser.

Le moment le plus crucial de ce projet a peut-être eu lieu lors du SNF 2023. Conférence Nostos en juin. Ce rassemblement a réuni un large éventail d’experts, notamment des chercheurs, des praticiens et des militants, pour discuter des progrès du CAMHI, le partenariat public-privé de 5 ans visant à améliorer radicalement les services de santé mentale en Grèce. La conférence a couvert un large éventail de sujets, allant de l’impact de la solitude sur la santé mentale au rôle des arts, de l’IA et de la technologie dans la résolution des problèmes de santé mentale.

Parmi les intervenants notables de la conférence figuraient des personnalités influentes telles que Glenn Close, Goldie Hawn, David Hogg, Michael Kimmelman, Harold S. Koplewicz et Sander Markx. Mais le participant de loin le plus important n’était autre que l’ancien président américain Barack Obama, dont la présence a souligné l’importance mondiale de s’attaquer aux problèmes de santé mentale et d’investir dans les générations futures.

Alors que la Grèce poursuit son chemin vers l’amélioration de la santé mentale et du bien-être, elle sert d’exemple au monde de ce qui peut être réalisé lorsqu’une nation décide collectivement de donner la priorité au bien-être de sa population et prouve qu’une bonne politique peut améliorer la santé mentale. même dans les crises les plus extrêmes.

Publié à l’origine dans The European Times.

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

La responsabilité de ce qui se passe n’incombe pas seulement aux dirigeants politiques -europeantis.news-

La Conférence des Églises européennes (KEK) a publié une déclaration condamnant l'attaque russe contre l'hôpital pour enfants Ohmatdet à Kiev. Son président est actuellement l'archevêque de Thyatire et de Grande-Bretagne Nikitas (Patriarcat œcuménique). Le texte déclare que « …...

Prolongation de six mois des sanctions contre la Russie -europeantis.news-

Bruxelles, – Le Conseil européen a choisi de prolonger de six mois ses sanctions contre la Russie en raison de l’agression actuelle et des actions déstabilisatrices de la Russie en Ukraine. Ces mesures, initiées en 2014 et...

Résultats de l’adjudication OLO du 22 juillet 2024

L'Agence fédérale de la Dette communique qu'elle a accepté les offres à l'adjudication de ce jour pour un montant total de EUR 2.502 milliard. Ce montant est réparti sur les lignes de la façon suivante : OLO 2.85%  22/10/2034 (OLO...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.