AccueilNederlandLa CE met...

La CE met fin à la surveillance de la Bulgarie et de la Roumanie

La Commission a présenté les rapports de 2007 et a d’abord préparé des évaluations et des recommandations tous les six mois, puis chaque année.

La Commission européenne a annoncé le 15 septembre qu’elle mettait fin au mécanisme de coopération et de vérification qui supervisait les réformes judiciaires et la lutte contre la corruption en Bulgarie et en Roumanie, ainsi que contre le crime organisé en Bulgarie.

La Commission a présenté les rapports de 2007 et a d’abord préparé des évaluations et des recommandations tous les six mois, puis chaque année.

En 2019, la CE a décidé de cesser de publier des rapports pour notre pays en raison d’une mise en œuvre suffisante des recommandations, et elle avait alors publié 17 évaluations.

En juillet de cette année, la commission a annoncé son intention de mettre fin au mécanisme. Le mécanisme de coopération et de vérification a été introduit lors de l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l’UE en 2007, à titre de mesure transitoire, selon l’annonce faite aujourd’hui par la CE.

À partir de 2020, la CE a introduit un rapport annuel commun sur l’état de l’État de droit dans chacun des pays de l’UE.

« Je voudrais féliciter la Bulgarie et la Roumanie pour les progrès significatifs réalisés jusqu’à présent depuis leur adhésion à l’UE », a déclaré la présidente de la commission, Ursula von der Leyen, citée dans le communiqué.

« L’État de droit est l’une de nos valeurs fondamentales communes en tant qu’union et les deux pays ont mis en œuvre d’importantes réformes ces dernières années. Nous reconnaissons ces efforts en mettant fin au mécanisme. Les travaux peuvent désormais se poursuivre dans le cadre de l’évaluation annuelle de l’État de droit, comme dans tous les autres pays de l’UE », ajoute-t-elle.

L’évolution de la situation de l’État de droit dans l’UE a créé un nouveau contexte pour la coopération de la CE avec la Bulgarie et la Roumanie, ajoute le communiqué.

Les rapports annuels sur l’État de droit accompagnent des réformes durables en Bulgarie et en Roumanie, ainsi que dans le reste des pays de l’UE. Depuis l’année dernière, ces nouveaux rapports comprennent également des recommandations sur la mise en œuvre de nombreuses réformes convenues en Bulgarie et en Roumanie. Le cas échéant, leurs progrès sont également suivis dans le cadre du semestre européen, note la commission.

« La cessation du mécanisme de coopération et de vérification est une reconnaissance et une évaluation sans réserve du fait que, grâce au travail du gouvernement et de l’Assemblée nationale, la partie bulgare a réussi à mettre en œuvre des réformes fondamentales et durables dans le domaine de l’État de droit, qui démontrent clairement l’importance de l’État de droit. capacité de notre pays à remplir ses obligations envers un membre prévisible et fiable de l’Union européenne », a déclaré la vice-Première ministre et ministre des Affaires étrangères Maria Gabriel.

Selon elle, c’est une reconnaissance de l’activité et des efforts à long terme des citoyens et de la société civile bulgares.

«La décision d’aujourd’hui de la Commission européenne constitue un succès significatif et une reconnaissance des réformes menées en Bulgarie dans le domaine de l’État de droit. Cela augmente considérablement la confiance dans le système judiciaire bulgare et aura un impact favorable sur le processus d’intégration de la Bulgarie à Schengen et à la zone euro », a commenté le ministre bulgare de la Justice Atanas Slavov.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Ik wacht op je in Rome, laten we bidden voor degenen die lijden onder oorlogen europahoy.new

In het Regina Caeli lanceert de paus opnieuw de uitnodiging om deel te nemen aan de eerste Wereldkinderdag die op 25 en 26 mei wordt gevierd: "We hebben uw vreugde en het verlangen naar een betere wereld nodig." ...

Première personne : « Je ne représente plus rien » – Voix des déplacés en Haïti

Lui et d'autres ont parlé à Eline Joseph, qui travaille pour l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) à Port-au-Prince avec une équipe qui apporte un soutien psychosocial aux personnes qui ont fui leur domicile à cause de la violence...

‘Ik ben niets meer waard’ – Stemmen van ontheemden in Haïti europahoy.news

Hij en anderen spraken met Eline Joseph, die voor de Internationale Organisatie voor Migratie (IOM) in Port-au-Prince werkt met een team dat psychosociale steun biedt aan mensen die hun huizen zijn ontvlucht vanwege geweld en onveiligheid. ze sprak met VN-nieuws...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.