AccueilNederlandIran : harcèlement...

Iran : harcèlement et représailles continuent contre la famille de Mahsa Amini

Jina Mahsa Amini, 22 ans, a été arrêtée et forcée de monter dans une camionnette par la soi-disant « police des mœurs » iranienne dans la capitale Téhéran le 13 septembre de l’année dernière. Les autorités ont affirmé qu’elle ne respectait pas les lois strictes du pays sur le port obligatoire du voile.

Elle serait décédée le 16 septembre des suites d’une crise cardiaque. Sa famille a toutefois nié qu’elle souffrait de problèmes cardiaques et a affirmé qu’elle avait été torturée.

Défaut de garantir la justice

L’enquête gouvernementale sur ce décès était « bien en deçà » des normes internationales, y compris les exigences d’indépendance et de transparence, a déclaré le Mission internationale indépendante d’enquête sur l’Iran dit dans un communiqué de presse.

« Jina Mahsa n’aurait jamais dû être arrêtée en premier lieu », a déclaré Sara Hossain, présidente du Conseil des droits de l’homme-mission nommée, ajoutant que depuis lors, le gouvernement « n’a pas réussi à garantir la vérité, la justice et des réparations à sa famille, ni aux familles d’autres victimes, femmes, filles et tous les manifestants qui ont été victimes de violations des droits humains fondamentaux ».

« Au lieu de cela, la République islamique redouble de répression et de représailles contre ses citoyens et cherche à introduire de nouvelles lois plus draconiennes qui restreignent encore davantage les droits des femmes et des filles. »

La famille a laissé entendre

Le panel indépendant a également rapporté que le père et l’oncle de Mahsa Amini avaient été arrêtés il y a une dizaine de jours par les forces de sécurité dans leur ville natale de Saqqez, et qu’on ne sait toujours pas où ils se trouvent.

Sa tombe aurait également été profanée et les membres de sa famille auraient été empêchés de pleurer. L’avocat de la famille et les journalistes qui couvrent son cas ont également été harcelés.

Vague de fond de protestations

La mort de Mme Amini a déclenché une vague de protestations dans tout le pays.

L’équipe d’enquête a également déclaré qu’elle enquêtait désormais sur les allégations selon lesquelles l’État aurait répondu aux manifestations par une force inutile et disproportionnée, des arrestations et des détentions arbitraires, des procès inéquitables, des exécutions extrajudiciaires et le harcèlement des membres des familles des victimes.

De tels actes « continuent jusqu’à aujourd’hui », ajoute-t-il.

Les autorités exacerbent les mesures punitives contre ceux qui exercent leurs droits fondamentaux, notamment la liberté de religion, la liberté d’expression et la liberté de réunion pacifique, selon le panel indépendant.

Risques accrus pour les femmes

La mission d’enquête a également déclaré qu’un projet de loi actuellement examiné par le Parlement – ​​s’il était adopté – exposerait les femmes et les filles à des risques accrus de violence, de harcèlement et de détention arbitraire.

La législation propose des amendes plus lourdes et des peines de prison pour les femmes et les filles qui enfreignent les dispositions obligatoires sur le port du voile, ainsi que des sanctions plus sévères, notamment des interdictions de voyager, le refus d’éducation et de soins médicaux et des sanctions contre les entreprises.

Appel à coopération

La mission d’établissement des faits a appelé le gouvernement à coopérer pleinement avec ses enquêtes et à garantir que toutes les personnes concernées aient un accès sans entrave et en toute sécurité à la fourniture de preuves, y compris au renvoi de leur cas.

Le gouvernement n’a jusqu’à présent pas répondu aux demandes répétées d’informations, a ajouté l’organisme indépendant, notant qu’il présentera un rapport complet sur ses conclusions au Conseil des droits de l’homme lors d’un dialogue interactif lors de sa 55e session en mars 2024.

La mission d’enquête

La mission d’établissement des faits a été mandatée par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies pour enquêter sur les violations présumées des droits de l’homme en Iran liées aux manifestations qui ont débuté là-bas le 16 septembre 2022, notamment en ce qui concerne les femmes et les enfants.

Le panel est composé des membres indépendants Sara Hossain du Bangladesh (présidente), Shaheen Sardar Ali du Pakistan et Viviana Krsticevic d’Argentine.

Ils ne sont pas membres du personnel de l’ONU et servent à titre indépendant.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

De 61e Algemene Vergadering van de CNBB rondt haar werkzaamheden europahoy.news af

De 61e Algemene Vergadering van de Braziliaanse Bisschoppenconferentie (CNBB) eindigt op vrijdag 19 april. Het aantal bisschoppen in het land bedraagt ​​482, waarvan er 316 het pastorale bestuur van een bepaalde kerk (bisdom en aartsbisdom) uitoefenen en nog...

De Regie der Gebouwen renoveert de verlichting in de Beeldentuin in Brussel (naast de Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België)

Begin april 2024 is de Regie der Gebouwen gestart met de renovatiewerken aan de verlichting in de Beeldentuin in Brussel. Naast de plaatsing van nieuwe verlichting, zijn er ook bewakingscamera’s gepland om de beveiliging van de tuin te verzekeren....

Le plus vieux gorille du monde a 67 ans

Le zoo de Berlin fête le 67e anniversaire de Fatou le gorille. Elle est la plus âgée du monde, affirme le zoo. Fatou est née en 1957 et est arrivée au zoo de ce qui était alors Berlin-Ouest en...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.