AccueilNederlandDroits de l'homme...

Droits de l’homme en Russie : « détérioration significative »

La rapporteuse spéciale de l’ONU pour la Russie, Mariana Katzarova, a tiré la sonnette d’alarme sur ce qu’elle considère comme une tendance à la suppression des droits civils et politiques dans ce pays.

Aborder le Conseil des droits de l’homme À Genève, Mme Katzarova a exprimé ses graves préoccupations face aux arrestations arbitraires massives et au « recours persistant à la torture et aux mauvais traitements ».

Des preuves claires

Citant près de 200 sources tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, l’expert nommé par l’ONU a également souligné le manque d’indépendance judiciaire et de droit à un procès équitable.

« La grande quantité d’informations partagées avec moi est révélatrice de l’ampleur des défis en matière de droits humains auxquels est confrontée la société russe aujourd’hui », a-t-elle déclaré.

Mme Katzarova a déclaré que des arrestations, détentions et harcèlements arbitraires massifs ont été enregistrés à l’encontre de « toute personne s’exprimant contre la guerre de la Russie contre l’Ukraine ou osant critiquer les actions du gouvernement ».

Mais l’effritement des droits fondamentaux n’a pas commencé en février de l’année dernière, mais « les racines de cette répression remontent bien plus loin ».

« Incrémentiel et calculé »

« Les restrictions progressives et calculées imposées aux droits humains en Russie au cours des deux dernières décennies ont abouti à la politique actuelle de l’État consistant à criminaliser toute dissidence réelle ou perçue. »

Plus de 20 000 personnes ont été arrêtées entre février 2022 et juin 2023 pour avoir participé à des manifestations contre la guerre « en grande partie pacifiques ».

En outre, Mme Katzarova a reçu des informations faisant état de torture et de mauvais traitements en détention, notamment de violences sexuelles et de viols, de la part des forces de l’ordre ciblant des manifestants anti-guerre.

Les autorités russes ont également utilisé la propagande et la rhétorique pour inciter à la haine et à la violence contre les Ukrainiens, affirme le rapport, et 600 poursuites pénales ont été engagées contre des soi-disant « activités anti-guerre ».

Mme Katzarova a ajouté que les enfants scolarisés sont confrontés à des menaces et à de graves conséquences s’ils « dressent même un tableau anti-guerre ».

Société civile

La situation en Russie a été le signe d’une « fermeture effective de l’espace civique, d’une réduction au silence de la dissidence publique et des médias indépendants », a souligné Mme Katzarova, une pensée reprise par de nombreux États membres lors de la session du Conseil.

Par exemple, les modifications apportées à la loi sur les agents étrangers ou les « organisations indésirables » signifient que les voix indépendantes, telles que celles des défenseurs des droits de l’homme et des médias indépendants, sont désormais fortement restreintes.

« L’application souvent violente de ces lois a entraîné une répression systématique contre les organisations de la société civile », a déclaré Mme Katzarova, faisant référence à l’examen minutieux, à la détention et parfois à la persécution des groupes indépendants désormais « stigmatisés » – dont beaucoup sont contraints à l’exil. ou la prison.

La Russie repousse

Rejoint par de nombreux États membres, l’expert de l’ONU a exhorté la Russie à entreprendre des « réformes globales en matière de droits de l’homme » pour remédier aux « dégâts des deux dernières décennies ».

Le gouvernement russe n’a pas accepté le mandat du rapport et a refusé à l’expert indépendant l’accès au pays. La Russie était représentée au Conseil des droits de l’homme à Genève lors de la présentation du rapport, mais n’a pas répondu.

S’adressant au forum de Genève, Mme Katzarova a appelé la Russie à « reconsidérer son approche » à l’égard de son mandat – un sentiment repris par de nombreux États membres présents.

C’est la première fois de son histoire que le Conseil autorise un expert en droits de l’homme à enquêter sur les violations des droits de l’homme à l’intérieur des frontières de l’un des membres permanents de l’ONU. Conseil de sécurité.

Les rapporteurs spéciaux font partie de ce qu’on appelle le Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Ils ne font pas partie du personnel de l’ONU et travaillent bénévolement, sans rémunération.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Voorzitter Metsola van EUCO: De interne markt is de grootste economische motor van Europa

In haar toespraak voor de buitengewone Europese Raad die vandaag in Brussel werd gehouden, benadrukte de voorzitter van het Europees Parlement, Roberta Metsola, bijvoorbeeld de volgende kwesties: Verkiezingen voor het Europees Parlement “Binnen vijftig dagen zullen honderden miljoenen Europeanen naar de...

Un rapport de l’ONU détaille le « climat de peur » dans les zones occupées par la Russie en Ukraine

S'appuyant sur plus de 2 300 témoignages de victimes et de témoins, le rapport détaille les mesures prises par la Russie pour imposer la langue, la citoyenneté, les lois, le système judiciaire et les programmes éducatifs russes dans les...

Faith and Freedom Summit III, « Faire de celui-là un monde meilleur »

La coalition d'ONG du Faith and Freedom Summit III a conclu ses conférences en montrant l'impact et les défis des organisations confessionnelles au service de la communauté européenne. Dans un environnement accueillant et prometteur, dans les murs du Parlement européen, une...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.