AccueilNederlandLe chef des...

Le chef des droits de l’homme appelle au rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel au Niger

Le chef des droits de l’ONU a exprimé de vives inquiétudes pour le peuple nigérien. « Les gens ont déjà traversé tant de difficultés au fil des ans. Maintenant, les personnes mêmes qu’ils ont élues pour construire une voie pour mettre fin à leur misère ont été expulsées par la force », a-t-il déclaré.

Le message vient alors que l’Organisation internationale des Nations Unies pour les migrations (OIM) réclamé un corridor humanitaire hors du Niger à mettre en place de toute urgence, pour les migrants bloqués.

Vaccins bloqués : UNICEF

Cet appel a été repris par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) Représentant sur le terrain, Stefano Savi, dans une interview avec Actualités de l’ONU.

Il a appelé à la réouverture de la frontière afin que les fournitures humanitaires et le personnel humanitaire dont le besoin est plus urgent puissent être admis pour répondre aux besoins croissants.

Il a déclaré qu’il était impératif d’autoriser l’entrée des vaccins bloqués dans les centres humanitaires.

« Nous avons les vaccins qui n’attendent que la réouverture de l’espace aérien. Vous savez, ces vaccins sont essentiels pour mener à bien des campagnes de vaccination. »

Au premier semestre 2023, plus de 60 000 migrants ont transité par le Niger. L’OIM a déclaré que les fermetures récentes des frontières et de l’espace aérien ont entraîné une surpopulation dans ses centres, où des milliers de migrants sont hébergés alors que beaucoup attendent de rentrer chez eux.

Selon l’Organisation, en 10 jours, les départs de plus de 1 000 migrants, principalement du Mali et de la République de Guinée, ont été annulés ou reportés. Pendant ce temps, environ 1 800 migrants attendent une assistance à l’extérieur des centres de transit de l’OIM, qui accueillent environ 5 000 personnes à sept points de transit stratégiquement positionnés le long des routes migratoires.

Insécurité alimentaire chronique

Du bureau des droits de l’homme de l’ONU, HCDHla porte-parole Ravina Shamdasani a noté que le Niger était l’un des pays les plus pauvres du monde, avec près de la moitié de la population vivant avec moins de 2,15 dollars par jour et des millions de personnes dépendant de l’aide humanitaire.

Elle a déploré que la population du pays ait été forcée d’endurer « encore plus de misère » à la suite de la tentative de coup d’État, qui a provoqué la fermeture des frontières, des interruptions du commerce et une flambée des prix des denrées alimentaires.

Avant même que le président Mohamed Bazoum ne soit arrêté par certains de ses gardes lors de la prise de pouvoir du 26 juillet, plus de trois millions de personnes souffraient d’insécurité alimentaire chronique, selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM), et près de la moitié des enfants de moins de cinq ans souffraient de malnutrition chronique.

Le porte-parole du HCDH a réitéré l’appel de M. Türk pour « un accès total et gratuit à l’aide humanitaire » afin de permettre « l’entrée dans le pays de fournitures alimentaires, médicales et autres secours essentiels ».

Liberté en jeu

Mme Shamdasani a ajouté qu’il y avait eu une répression « très inquiétante » de l’espace civique au Niger, qui avait un impact sur la liberté d’expression et de réunion publique. Cela comprenait des allégations d’intimidation contre des journalistes et des interdictions de médias internationaux.

Elle a également noté qu’il y a eu récemment un schéma « profondément troublant » de changements anticonstitutionnels de gouvernement par les forces militaires à travers l’Afrique de l’Ouest – le putsch du Niger étant le sixième dans la région au cours des trois dernières années.

Dans sa déclaration, M. Türk s’est également dit préoccupé par la décision annoncée par les chefs militaires nigériens de poursuivre le président Bazoum et d’autres personnes travaillant avec lui pour haute trahison.

« Cette décision n’est pas seulement politiquement motivée contre un président démocratiquement élu, mais n’a aucune base légale car le fonctionnement normal des institutions démocratiques a été mis de côté », a-t-il déclaré.

« C’est la notion même des libertés au Niger qui est en jeu », a poursuivi le Haut-Commissaire, insistant sur le fait que les généraux « ne peuvent pas prendre sur eux de défier – sur un coup de tête – la volonté du peuple. La règle par arme n’a pas sa place dans le monde d’aujourd’hui.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Voorzitter Metsola van EUCO: De interne markt is de grootste economische motor van Europa

In haar toespraak voor de buitengewone Europese Raad die vandaag in Brussel werd gehouden, benadrukte de voorzitter van het Europees Parlement, Roberta Metsola, bijvoorbeeld de volgende kwesties: Verkiezingen voor het Europees Parlement “Binnen vijftig dagen zullen honderden miljoenen Europeanen naar de...

Un rapport de l’ONU détaille le « climat de peur » dans les zones occupées par la Russie en Ukraine

S'appuyant sur plus de 2 300 témoignages de victimes et de témoins, le rapport détaille les mesures prises par la Russie pour imposer la langue, la citoyenneté, les lois, le système judiciaire et les programmes éducatifs russes dans les...

Faith and Freedom Summit III, « Faire de celui-là un monde meilleur »

La coalition d'ONG du Faith and Freedom Summit III a conclu ses conférences en montrant l'impact et les défis des organisations confessionnelles au service de la communauté européenne. Dans un environnement accueillant et prometteur, dans les murs du Parlement européen, une...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.