AccueilNederlandLa communauté internationale...

La communauté internationale se mobilise pour l’Amhara

En l’espace de deux jours, l’Union européenne a publié une déclaration, les États-Unis ont publié une déclaration conjointe avec l’Australie, le Japon, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni, et enfin les experts de la Commission internationale des Nations Unies sur l’Éthiopie ont publié une déclaration.

Le 10 août, les experts de la Commission des Nations Unies ont publié la déclaration suivante

« Déclaration attribuable à la Commission internationale d’experts des droits de l’homme sur l’Éthiopie sur la situation sécuritaire dans le nord-ouest

GENÈVE (10 août 2023) – La Commission internationale d’experts des droits de l’homme sur l’Éthiopie est profondément préoccupée par la détérioration de la situation sécuritaire signalée dans la région du nord-ouest de l’Éthiopie, en particulier à Amhara.

La Commission a pris note de l’annonce le 4 août 2023 par le Conseil des ministres de l’état d’urgence par la proclamation n° 6/2023, qui, en vertu de la Constitution, requiert l’approbation de la Chambre des représentants des peuples.

Les précédents états d’urgence se sont accompagnés de violations des droits de l’homme, et la Commission exhorte donc le gouvernement à respecter strictement les principes de nécessité, de proportionnalité et de non-discrimination conformément à ses obligations juridiques internationales en vertu de l’article 4 du Pacte international relatif aux Droits civils et politiques.

La Commission appelle toutes les parties à respecter les droits de l’homme et à prendre des mesures pour désamorcer la situation et donner la priorité aux processus de règlement pacifique des différends.[i]

Le 11 août, une coalition dirigée par les États-Unis a publié la déclaration suivante sur le site Internet de l’ambassade des États-Unis en Éthiopie :

« Les gouvernements de l’Australie, du Japon, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique sont préoccupés par les récentes violences dans les régions d’Amhara et d’Oromia, qui ont entraîné la mort de civils et l’instabilité.

Nous encourageons toutes les parties à protéger les civils, à respecter les droits de l’homme et à travailler ensemble pour résoudre les problèmes complexes de manière pacifique. La communauté internationale continue de soutenir l’objectif de stabilité à long terme pour tous les Éthiopiens.[ii]

Enfin, via X (anciennement Twitter), l’Union européenne a publié le même jour un communiqué de presse sur la situation à Amhara.

« La délégation de l’Union européenne et les ambassades de l’Autriche, de la Belgique, de la République tchèque, du Danemark, de la Finlande, de la France, de l’Allemagne, de la Hongrie, de l’Irlande, de l’Italie, du Luxembourg, de Malte, des Pays-Bas, de la Roumanie, de la Pologne, du Portugal, de la Slovénie, de l’Espagne et La Suède est préoccupée par la récente flambée de violence dans la région d’Amhara, qui a entraîné la mort de civils et l’instabilité.

Nous encourageons toutes les parties à protéger les civils, à garantir un accès humanitaire complet, sûr et durable aux populations touchées ; permettre les évacuations et le passage en toute sécurité des ressortissants étrangers ; et de travailler ensemble pour régler des problèmes complexes par le biais d’un dialogue pacifique, tout en poursuivant la mise en œuvre de l’accord de paix; et éviter un débordement de la violence dans d’autres régions du pays.

La communauté internationale continue de soutenir l’objectif de stabilité à long terme pour tous les Éthiopiens.[iii]

Pour tenter d’expliquer la situation dramatique en Éthiopie et pour les Amhara, l’association Stop Amhara Génocide (SAG) a publié une analyse de M. Elias Demissie (analyste politique et avocat amhara).

Son analyse se concentre sur la façon dont le nationalisme tigréen et oromo alimente la violence et le génocide contre le peuple Amhara en Éthiopie et son histoire.

Son article décrit comment l’Éthiopie fait face à une crise croissante de violence et de génocide contre le peuple Amhara. Cette violence est alimentée par le nationalisme tigréen et oromo, qui a une longue histoire de conflit avec le peuple Amhara.

Selon l’auteur, le nationalisme tigréen est apparu à la fin du XIXe siècle comme un moyen de résoudre les problèmes économiques de la région et de créer une identité tigréenne plus unifiée. Cependant, il a également été utilisé pour justifier la violence contre le peuple Amhara. Par exemple, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a annexé Wolkait et Raya de la région d’Amhara dans les années 1990, entraînant le déplacement et le meurtre de milliers de civils amhara.

Le nationalisme oromo est né au XVIe siècle comme moyen de résister à l’expansion de l’empire Amhara. Mais il a également été utilisé pour justifier la violence contre le peuple Amhara. Par exemple, le décret « de la terre au laboureur » publié par le régime du Derg en 1975 a entraîné le déplacement et le meurtre de milliers de civils Amhara.

Les violences récentes à Wollega, Beninshangul, Dera et Ataye s’inscrivent dans la continuité de cette histoire de violence contre le peuple Amhara. Cette violence est perpétrée à la fois par des groupes nationalistes tigréens et oromo avec le soutien du gouvernement éthiopien.

A la fin de son article, l’auteur M. Elias Demissie appelle la communauté internationale à agir pour arrêter la violence et le génocide contre le peuple Amhara. Il s’agit notamment de condamner la violence, d’imposer des sanctions aux auteurs et de fournir une aide humanitaire aux victimes.

Il conclut : « La violence contre le peuple Amhara rappelle les dangers du nationalisme. Le nationalisme peut être une force puissante pour le bien, mais il peut aussi être utilisé pour justifier la violence et le génocide. Il est important de comprendre l’histoire du nationalisme en Éthiopie pour comprendre la crise actuelle. [iv]

Nous avons également interrogé la présidente de Stop Amhara Genocide (SAG), Mme Yodith Gideon, sur les atrocités dans la région et ce qu’elle pensait de la réponse de la communauté internationale cette semaine.

« Au cours des cinq dernières années, le peuple Amhara a enduré une vague incessante d’atrocités qui ont bouleversé leurs communautés et bouleversé leur vie. Nous, l’Association Stop Amhara Genocide, sommes témoins des horreurs qui ont frappé notre peuple – une saga de génocide, de marginalisation, de nettoyage ethnique et de violence indescriptible.

La torture et l’emprisonnement sont devenus des outils effrayants utilisés contre les journalistes, les militants et les intellectuels amhara qui ont osé dénoncer le régime oppressif. Ceux qui cherchaient la vérité, la justice et l’égalité ont été confrontés à une répression brutale, leurs voix ont été réduites au silence de la manière la plus odieuse qu’on puisse imaginer.

Nos appels à l’intervention, tant de la part de notre propre gouvernement que de la communauté internationale, n’ont rencontré que peu de réponse, et lorsqu’une voix s’est élevée pour dénoncer les atrocités commises, elle n’a pas été entendue.

Cette absence de réponse aux innombrables lettres, rapports et preuves d’atrocités que nous avons envoyés a donné l’impression d’impunité aux tortionnaires, mais la réponse a été le silence – un silence qui n’a fait qu’encourager l’impunité des responsables.

Dans le silence de la communauté internationale, les Amhara risquaient l’anéantissement. Aujourd’hui, les Amhara luttent pour leur survie – la survie d’un peuple, d’une culture et d’un patrimoine qui s’est épanoui pendant plus de trois millénaires.

Nous appelons la communauté internationale à se tenir à nos côtés, à amplifier nos voix et à faire en sorte que le monde entende l’appel d’un peuple résilient qui refuse d’être réduit au silence.

Mme Gideon a été cinglante sur le manque de réponse aux appels de la société civile pour prévenir la situation tragique du peuple Amhara. Cependant, elle a rendu hommage aux ONG internationales qui, avec son organisation, ont tenté d’alerter la communauté internationale.

En particulier, elle a mentionné deux ONG avec lesquelles elle a travaillé avec les Nations Unies.

Avec l’aide de CAP Liberté de Conscience, accréditée auprès des Nations Unies, et de Human Rights Without Borders, une organisation basée dans la capitale européenne depuis 30 ans, plusieurs déclarations orales et écrites ont été faites lors de récents Conseils des droits de l’homme et elles sont intervenues au dernier Comité des droits de l’homme sur l’Éthiopie.

La représentante de CAP Liberté de Conscience auprès des Nations unies, Christine Mirre, a alerté à plusieurs reprises la Commission internationale d’experts des droits de l’homme sur l’Éthiopie sur la situation sécuritaire dans le nord-ouest.

Lors de la « 52e session ordinaire du Conseil des droits de l’homme Point 4 : Dialogue interactif avec la Commission internationale d’experts des droits de l’homme sur la situation des droits de l’homme en Éthiopie ».

Le représentant de CAP Liberté de Conscience aux Nations Unies a déclaré :

« Nous restons profondément préoccupés par les massacres et les attaques contre les civils amhara dans la région d’East Wellega.

Selon des témoins oculaires, les attaques ont été principalement menées par les forces gouvernementales et les victimes étaient principalement des femmes, des enfants et des personnes âgées. Les attentats se sont déroulés pendant un mois, depuis le 13 novembre 22 jusqu’au 3 décembre 22.

Au total, deux cent quatre-vingts civils Amhara ont été confirmés morts le 3 décembre 22. Près de vingt mille personnes ont réussi à s’enfuir.

Il y a actuellement près d’un million d’Amharas spécifiquement déplacés pour échapper aux massacres ethniques de Benishangul-Gumuz, Wellega et North Shewa.

Le gouvernement poursuit les arrestations massives d’Amharas. Il y a actuellement près de douze mille jeunes Amhara en prison, dont Zemene Kassie. Sintayehu Chekol a été de nouveau arrêté au moins 4 fois depuis le 22 juillet, et Tadios Tantu croupit en prison depuis plus d’un an.

Les prisonniers sont détenus dans des conditions inhumaines, victimes de harcèlement, de coups et d’abus sexuels.

À Addis-Abeba, près de cinq cents maisons Ahmaras ont été démolies, laissant des familles démunies et vulnérables. En conséquence, 9 enfants sont morts en raison d’attaques par des hyènes.

Il est plus qu’impératif que la situation subie par les Amharas soit examinée par la Commission et le Conseil afin que ces exactions fassent l’objet d’une enquête officielle.[v]

Enfin, nous avons interrogé le président de CAP Liberté de Conscience sur cette nouvelle prise de conscience de la situation préoccupante en Éthiopie, et en particulier pour le peuple Amhara.

Le président de CAP Liberté de Conscience regrette qu’il ait fallu cette escalade de la violence pour voir une réaction de la communauté internationale sur la question des Amhara et de la guerre en Ethiopie.

Il mentionne également le travail effectué avec HRWF et SAG au sein du Conseil des droits de l’homme et du Comité des droits de l’homme.

« Bien que rapport après rapport ait commencé à sensibiliser les organes de l’ONU à la tragédie des Amhara, notre voix n’a pas été assez forte pour arrêter les massacres, mais nous continuons à travailler avec l’ONU pour que la voix des Amhara soit entendue.

Il a conclu en disant que CAP Liberté de Conscience sera présente à la prochaine session du Conseil des droits de l’homme.


[i] https://www.ohchr.org/en/statements/2023/08/statement-attributable-international-commission-human-rights-experts-ethiopie

[ii] https://et.usembassy.gov/joint-statement/

[iii] https://twitter.com/EUinEthiopia/status/1689908160364974082/photo/2

[iv] https://www.stopamharagenocide.com/2023/08/09/national-projects-as-a-weapon-of-genocide/

[v] https://freedomofconscience.eu/52nd-regular-session-of-the-human-rights-council-item-4-interactive-dialogue-with-the-international-commission-of-human-rights-experts-on- la-situation-des-droits-de-l-homme-en-ethiopie/



Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Voorzitter Metsola van EUCO: De interne markt is de grootste economische motor van Europa

In haar toespraak voor de buitengewone Europese Raad die vandaag in Brussel werd gehouden, benadrukte de voorzitter van het Europees Parlement, Roberta Metsola, bijvoorbeeld de volgende kwesties: Verkiezingen voor het Europees Parlement “Binnen vijftig dagen zullen honderden miljoenen Europeanen naar de...

Un rapport de l’ONU détaille le « climat de peur » dans les zones occupées par la Russie en Ukraine

S'appuyant sur plus de 2 300 témoignages de victimes et de témoins, le rapport détaille les mesures prises par la Russie pour imposer la langue, la citoyenneté, les lois, le système judiciaire et les programmes éducatifs russes dans les...

Faith and Freedom Summit III, « Faire de celui-là un monde meilleur »

La coalition d'ONG du Faith and Freedom Summit III a conclu ses conférences en montrant l'impact et les défis des organisations confessionnelles au service de la communauté européenne. Dans un environnement accueillant et prometteur, dans les murs du Parlement européen, une...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.