AccueilACTUALITEL'oppression des minorités...

L’oppression des minorités en Iran, la communauté azerbaïdjanaise comme symbole de la tragédie iranienne

Une conférence internationale « L’oppression des minorités en Iran : la communauté azérie comme exemple » a été organisée au Parlement européen par le AZavant organisation et groupe PPE.

La conférence a réuni 6 députés européens et 5 orateurs de haut niveau, dont des organisations de défense des droits de l’homme ainsi que des experts et des chercheurs iraniens de France, de Belgique et d’Israël.

L'oppression des minorités en Iran La communauté azérie comme exemple 3 L'oppression des minorités en Iran, la communauté azerbaïdjanaise comme symbole de la tragédie iranienne

Le débat était animé par Manel Msalmi, conseiller aux affaires internationales et expert de l’Iran. Mme Msalmi a ouvert le débat en soulignant les problèmes auxquels sont confrontées les minorités en Iran et la lutte des Ahwazis, des Kurdes, des Baloutches, des Azéris et des Turcs pour l’égalité des droits qui dure depuis des décennies. Il a souligné la nécessité d’attirer l’attention des politiciens européens et internationaux sur cette question.

L’orateur principal, Donato, député européen, a souligné le rôle que joue l’UE dans le soutien à la démocratie, à l’égalité des sexes et à la liberté en Iran et au Moyen-Orient, et la nécessité d’avoir un dialogue efficace avec le parlement de l’UE et la commission de l’UE afin de garantir les droits des femmes et des minorités en Iran .

Les participantes ont visionné une vidéo montrant une femme iranienne azérie partageant un témoignage sur les discriminations qu’elle subit de manière régulière : linguistique, culturelle et politique, y compris des règles strictes concernant la pudeur (le hijab est imposé à toutes les femmes en Iran quelle que soit leur culture ou leur croyance) .

Dr Mordechai Kedar d’Israël, ont pris la parole juste après pour évoquer les atrocités du régime à l’égard des femmes et des minorités dont les Arabes, les Kurdes, les Baloutches et les Turcs dont ils sont témoins depuis des décennies. Ils ont été privés de leurs droits civils et soumis à une discrimination sociale, culturelle et économique.

Thierry Valléele Président de CAP Liberté de Conscience discuté de la situation de la liberté religieuse en Iran, notamment la discrimination et la persécution subies par les minorités religieuses. Il a mentionné le cas de la communauté baha’ie, qui vient de commémorer le 40e anniversaire de l’exécution de 10 femmes le 18 juin 1983, pour avoir refusé de renoncer à leurs croyances. Il a également mentionné le cas moins connu de la communauté Ahmadi Religion of Peace and Light, qui subit de graves persécutions religieuses parrainées par l’État. Il a conclu en exhortant l’Iran à mettre fin à la discrimination et à la persécution systématiques des minorités et à se conformer aux principes universels de respect des droits de l’homme pour tous les Iraniens.

Claude Moniquet, ancienne journaliste et ancienne officier des renseignements français et co-directrice de l’ESISC, a souligné que le régime iranien est connu pour sa répression des femmes, des minorités et l’exécution d’homosexuels. Les minorités sont discriminées en termes de religion, de culture et de milieu social et économique, ce qui a conduit à des manifestations et à la violence parce qu’elles sont privées de leurs droits fondamentaux. Il nous a aussi rappelé que l’Iran est effectivement un régime terroriste qui n’hésite pas à prendre des otages pour arriver à ses fins.

En Iran, plus de 350 exécutions ont lieu chaque année. Les victimes comprennent un nombre disproportionné de minorités ethniques et religieuses. Mais ces tueries ne se produisent pas uniquement en Iran : des dissidents ont également été tués hors d’Iran sur le sol européen.

Il est important de noter qu’il y a une tendance à penser que la minorité azérie est privilégiée, ce qui n’est pas vrai. Au contraire, les Azéris sont considérés comme l’une des principales menaces pour le régime, avec un système d’oppression et de propagande à part entière déployé contre eux. Une vidéo résumant la situation de la minorité azérie comprenait des exemples scandaleux, tels que des images des médias d’État qui dépeignent les Azéris comme des insectes.

MEP De Meoà son tour, a souligné l’importance avec laquelle l’UE les problèmes des minorités, et a souligné que la communauté internationale devrait apporter son soutien aux Iraniens, y compris les populations non persanes, qui s’efforcent d’être libres et égaux. L’UE devrait tendre la main à chacun, quelle que soit son origine culturelle ou religieuse.

Adinolfi, député européen axé sur la culture et la nécessité de mettre fin à la discrimination en matière d’éducation et de culture. Les minorités en Iran devraient avoir le droit d’apprendre leur propre langue et de célébrer librement leur héritage culturel.

L’eurodéputée Lucia Vuolo a parlé de l’importance de la liberté religieuse et de l’identité culturelle, et de la nécessité de mettre fin à la violence contre les minorités, en particulier la minorité azérie en Iran. Gianna Gancia, députée européennequi travaille depuis de nombreuses années pour aider les dissidents iraniens, principalement des femmes et des minorités persécutées par le régime, a déclaré que l’UE s’est engagée à protéger les groupes vulnérables et à aider les réfugiés fuyant la dictature et les poursuites.

Andy Vermout, président de Postversa, a déclaré : « Nous avons un rôle à jouer, une responsabilité à assumer pour le peuple iranien qui a tant enduré. Soyons un phare d’espoir et une force de changement positif. Lorsqu’ils repenseront à ce chapitre sombre de l’histoire, qu’ils se souviennent non seulement des difficultés auxquelles ils ont été confrontés, mais aussi de la coalition mondiale qui les a soutenus, luttant pour leurs droits, amplifiant leurs voix et luttant sans relâche pour leurs droits pour une société juste et libre. iranien ».

Le Directeur de CAP Liberté de Conscience, Christine Mirre, a exposé la répression des femmes iraniennes en Iran. Elle a souligné le statut des femmes en Iran, y compris celles d’origine ethnique kurde, arabe, baloutche et azérie. Ces femmes sont confrontées à diverses formes de discrimination et de marginalisation, notamment un accès limité à l’éducation, aux opportunités d’emploi et à la représentation politique. Elle a également évoqué le cas emblématique et récent de Mahsa Amini, une jeune femme kurde de 22 ans, décédée le 16 septembre 2022, trois jours après avoir été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs du régime.

La mort de Mahsa Amini a choqué le monde et démontré la discrimination ethnique et les politiques sexistes caractéristiques du régime iranien.

La conférence s’est terminée par le discours de l’hôte du député Fulvio Martusciello, qui travaille depuis de nombreuses années pour soutenir les minorités en Iran. Il a souligné que l’UE avait fait beaucoup en adoptant une résolution pour protéger les femmes et les filles.

Il y a eu des initiatives importantes comme la conférence de Vienne et la lettre de 32 membres israéliens de la Knesset. Ces activités doivent continuer à poursuivre conjointement la cause de l’octroi de la liberté et des droits aux Azerbaïdjanais du Sud et aux autres minorités en Iran.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Cop 29: l’Azerbaïdjan futur fournisseur majeur d’hydrogène vert pour l’UE

C’est apparemment le souhait de la Commission européenne, et de sa Commissaire à l’Energie, Kadri Simson. En juin 2023, la Commission avait annoncé vouloir subventionner la production d’hydrogène vert à l’étranger, le combustible d’avenir et qui s’invite depuis quelques...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive (adoptée par 495 voix pour, 57 contre et 45 abstentions) et d'un règlement (adopté par 488 voix pour, 67 contre et 34 abstentions). Incitations à l’innovation Les...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux besoins des patients. Ils recouvrent le financement de la recherche sur des interventions de soins innovantes, des mesures incitatives pour encourager les entreprises (pharmaceutiques et...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.