AccueilACTUALITEJournée mondiale des...

Journée mondiale des abeilles 20 mai – Nous dépendons tous de la survie des abeilles

La Journée mondiale des abeilles, le 20 mai, coïncide avec l’anniversaire d’Anton Janša, qui au XVIIIe siècle a été le pionnier des techniques apicoles modernes dans sa Slovénie natale et a loué les abeilles pour leur capacité à travailler si dur, tout en nécessitant si peu d’attention.

Les abeilles et autres pollinisateurs, comme les papillons, les chauves-souris et les colibris, sont de plus en plus menacés par les activités humaines.

La pollinisation est pourtant un processus fondamental pour la survie de nos écosystèmes. Près de 90 % des espèces de plantes à fleurs sauvages du monde dépendent, entièrement ou au moins en partie, de la pollinisation animale, ainsi que plus de 75 % des cultures vivrières mondiales et 35 % des terres agricoles mondiales. Non seulement les pollinisateurs contribuent directement à la sécurité alimentaire, mais ils sont essentiels à la conservation de la biodiversité.

Pour sensibiliser à l’importance des pollinisateurs, aux menaces auxquelles ils sont confrontés et à leur contribution au développement durable, l’ONU a désigné le 20 mai comme Journée mondiale des abeilles.

L’objectif est de renforcer les mesures visant à protéger les abeilles et autres pollinisateurs, ce qui contribuerait de manière significative à résoudre les problèmes liés à l’approvisionnement alimentaire mondial et à éliminer la faim dans les pays en développement.

Nous dépendons tous des pollinisateurs et il est donc crucial de surveiller leur déclin et de stopper la perte de biodiversité.

Connaissez-vous tous les différents pollinisateurs ?

Représentation de plusieurs pollinisateurs

Nous devons agir maintenant

Les abeilles sont menacées. Les taux d’extinction actuels des espèces sont 100 à 1 000 fois plus élevés que la normale en raison des impacts humains. Près de 35 % des pollinisateurs invertébrés, en particulier les abeilles et les papillons, et environ 17 % des pollinisateurs vertébrés, comme les chauves-souris, sont menacés d’extinction dans le monde.

Si cette tendance se poursuit, les cultures nutritives, telles que les fruits, les noix et de nombreuses cultures maraîchères, seront de plus en plus remplacées par des cultures de base comme le riz, le maïs et les pommes de terre, entraînant à terme un régime alimentaire déséquilibré.

Les pratiques agricoles intensives, le changement d’affectation des terres, la monoculture, les pesticides et les températures plus élevées associées au changement climatique posent tous des problèmes aux populations d’abeilles et, par extension, à la qualité de la nourriture que nous cultivons.

Reconnaissant les dimensions de la crise de la pollinisation et ses liens avec la biodiversité et les moyens de subsistance humains, le Convention sur la diversité biologique a fait de la conservation et de l’utilisation durable des pollinisateurs une priorité. En 2000, l’Initiative internationale sur les pollinisateurs (IPI) a été créée (Décision V/5 de la Conférence des Parties, section II) lors de la cinquième conférence des parties (COP V) en tant qu’initiative transversale visant à promouvoir l’utilisation durable des pollinisateurs dans l’agriculture et les écosystèmes connexes. Ses principaux objectifs sont de surveiller le déclin des pollinisateurs, de remédier au manque d’informations taxonomiques sur les pollinisateurs, d’évaluer la valeur économique de la pollinisation et l’impact économique du déclin des services de pollinisation et de protéger la diversité des pollinisateurs.

En plus de coordonner l’Initiative internationale sur les pollinisateurs (IPI), la FAO fournit également une assistance technique aux pays sur des questions allant de l’élevage de reines à l’insémination artificielle en passant par des solutions durables pour la production de miel et la commercialisation à l’exportation.

Découvrez d’autres initiatives, nationales et internationales, dédiées à la protection des pollinisateurs.

Comment pouvons-nous faire plus ?

Individuellement par :

  • planter un ensemble diversifié de plantes indigènes, qui fleurissent à différents moments de l’année ;
  • acheter du miel brut auprès des agriculteurs locaux;
  • acheter des produits issus de pratiques agricoles durables ;
  • éviter les pesticides, fongicides ou herbicides dans nos jardins;
  • protéger les colonies d’abeilles sauvages lorsque cela est possible ;
  • parrainer une ruche ;
  • faire une fontaine à eau pour les abeilles en laissant un bol d’eau à l’extérieur ;
  • aider à maintenir les écosystèmes forestiers;
  • sensibiliser autour de nous en partageant ces informations au sein de nos communautés et réseaux ; Le déclin des abeilles nous concerne tous !

En tant qu’apiculteurs ou agriculteurs par :

  • réduire ou modifier l’utilisation des pesticides ;
  • diversifier au maximum les cultures et/ou planter des cultures attractives autour du champ ;
  • création de haies.

En tant que gouvernements et décideurs en :

  • renforcer la participation des communautés locales à la prise de décision, en particulier celle des peuples autochtones, qui connaissent et respectent les écosystèmes et la biodiversité ;
  • appliquer des mesures stratégiques, y compris des incitations monétaires pour aider au changement ;
  • accroître la collaboration entre les organisations nationales et internationales, les organisations et les réseaux universitaires et de recherche pour surveiller et évaluer les services de pollinisation.

Plus de conseils pour aider les abeilles et les autres pollinisateurs

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Cop 29: l’Azerbaïdjan futur fournisseur majeur d’hydrogène vert pour l’UE

C’est apparemment le souhait de la Commission européenne, et de sa Commissaire à l’Energie, Kadri Simson. En juin 2023, la Commission avait annoncé vouloir subventionner la production d’hydrogène vert à l’étranger, le combustible d’avenir et qui s’invite depuis quelques...

Le Parlement adopte sa position sur la réforme pharmaceutique de l’UE | Nouvelles

Le paquet législatif, couvrant les médicaments à usage humain, se compose d'une nouvelle directive (adoptée par 495 voix pour, 57 contre et 45 abstentions) et d'un règlement (adopté par 488 voix pour, 67 contre et 34 abstentions). Incitations à l’innovation Les...

Évoluer vers des soins de santé guidés par les besoins : temps forts de la conférence de haut niveau belge

Au sein de l’Union européenne, des moyens publics considérables sont investis pour répondre aux besoins des patients. Ils recouvrent le financement de la recherche sur des interventions de soins innovantes, des mesures incitatives pour encourager les entreprises (pharmaceutiques et...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.