AccueilACTUALITELe Parlement européen...

Le Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un musicien dans le couloir de la mort pour blasphème

  • Une résolution quasi unanime exhorte le Nigeria à « abroger les lois sur le blasphème au niveau fédéral et des États »
  • La Cour suprême du Nigeria entendra l’affaire de Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème sur Whatsapp

Bruxelles (20 avril 2023) – ADF International – Dans une résolution d’urgence, le Parlement européen a demandé la libération de Yahaya Sharif-Aminu, un jeune musicien nigérian condamné à mort en vertu de la loi sur le blasphème de l’État de Kano, au nord du Nigéria. La résolution « rappelle que les lois sur le blasphème sont en violation flagrante des droits humains internationaux » et « contraires à la Constitution nigériane qui garantit la liberté religieuse et la liberté d’expression ». La résolution a été adoptée avec un vote de 550 voix pour et seulement sept voix contre.

(VOIR RÉSOLUTION COMPLÈTE EN FIN D’ARTICLE)

L’affaire de Yahaya Sharif-Aminu sera entendue par la Cour suprême du Nigéria et a le potentiel de renverser le régime draconien de la loi sur le blasphème dans les États du nord. Les lois sur le blasphème contribuent à une culture de peur et de violence endémiques en ciblant les groupes confessionnels minoritaires avec des sanctions pénales, y compris dans certaines parties, la peine de mort, pour une expression religieuse perçue comme offensante.

Kola Alapinni, l’avocat international des droits de l’homme qui représente Yahaya à la Cour suprême du Nigeria en partenariat avec ADF International, a déclaré :

“Nobody should be persecuted for their faith. Blasphemy laws are a grave violation not only of international law, but also of our Nigerian constitution. Together with ADF International, we are committed to defending Yahaya, and the human rights of all Nigerians. The international community must highlight the abuses of fundamental freedoms in Nigeria”.

Alapinni a ajouté :

“Nigerian citizens deserve the freedom to speak about their beliefs and to freely live out their faith. We applaud the efforts of the European Parliament to denounce what is happening under the blasphemy laws in Nigeria and support Yahaya”. 

La peine de mort pour « blasphème » présumé

En 2020, le musulman soufi Yahaya Sharif-Aminu a été condamné à mort par pendaison pour « blasphème ». Son crime présumé consistait à envoyer des paroles de chansons sur WhatsApp jugées blasphématoires envers le prophète Mahomet.

Avec le soutien du groupe de défense des droits humains ADF International, Sharif-Aminu a fait appel de son cas devant la Cour suprême du Nigéria et conteste la constitutionnalité des lois sur le blasphème fondées sur la charia.

La résolution parlementaire exhorte « les autorités nigérianes à abroger les lois sur le blasphème au niveau fédéral et étatique ». Il demande également la libération immédiate et inconditionnelle des personnes qui « font face à des allégations de blasphème ».

Carlos Zorrinho, député européen (PPE) a déclaré lors du débat :

“In the name of dignity, justice and respect for the most basic human rights, I reiterate our call for the immediate release of the musician Yahaya Sharif-Aminu who is literally on death row right now.”  

Bert-Jan Ruissen, député européen (ECR) a déclaré :

“The mere existence of blasphemy laws stimulates grave violence against persons who are accused of blasphemy, very often even before police forces and justice systems can intervene.” 

Georgia du Plessis, Legal Officer chez ADF International à Bruxelles, a déclaré :

“ADF International is working not only with the urgent goal of saving Yahaya’s life and securing his release, but also to put an end to blasphemy laws everywhere. Together with our Nigerian partners, we are committed to defend Yahaya and support his fight for freedom of expression and religious freedom at the Supreme Court of Nigeria” 

Du Plessis ajoute :

“Religious freedom and freedom of expression are fundamental human rights. Blasphemy laws punish people for peacefully voicing their beliefs and are inherently inconsistent with human rights. The European Parliament has taken a much-needed step to bring Yahaya’s case to public attention. We are hopeful that the resolution provides international momentum for a positive outcome.”  

« L’affaire a un potentiel sans précédent pour la liberté religieuse »

Une vidéo récemment publiée présente l’avocat nigérian Kola Alapinni, qui s’est associé à ADF International pour garantir la liberté de Yahaya Sharif-Aminu. Présente également dans la vidéo, la mère du musicien dit « blasphémateur » raconte l’épreuve et les expériences traumatisantes qu’a endurées son fils.

Yahaya Sharif-Aminu reste en prison en attendant que la Cour suprême entende son appel. En attendant, son cas est loin d’être un incident isolé. Avec les musulmans minoritaires, la persécution des chrétiens au Nigeria est particulièrement grave. En 2021, 90% de tous les chrétiens du monde qui ont été tués pour leur foi se trouvaient au Nigeria.

Kelsey Zorzi, directrice de Global Religious Freedom pour ADF International, a déclaré :

“Religious freedom advocates have waited decades to overturn this blasphemy law. We can’t let this opportunity pass us by. The case has unprecedented potential for religious freedom and freedom of expression in Nigeria and could be the catalyst for the change we all are hoping for. Blasphemy laws are a catastrophe—they destabilize countries and provoke violence. As we are advocating for freedom of religion and speech around the world, we can clearly see that sentencing someone to death for their peaceful expression is the ultimate censorship”.  

L’appel de Yahaya Sharif-Aminu devant la Cour suprême pourrait mettre fin aux lois sur le blasphème dans son État natal de Kano et dans le nord du Nigéria. Une décision positive ouvrirait la voie à l’abolition des lois sur le blasphème dans le monde.

La résolution

Texte intégral

image 1 Le Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un musicien dans le couloir de la mort pour blasphème

image 1 Le Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un musicien dans le couloir de la mort pour blasphème

Le Parlement européen condamne les lois nigérianes sur le discours mettant un musicien dans le couloir de la mort pour blasphème 2

P9_TA(2023)0116

Le risque de peine de mort et d’exécution du chanteur Yahaya Sharif Aminu pour blasphème au Nigeria

Résolution du Parlement européen du 20 avril 2023 sur le risque de peine de mort et d’exécution du chanteur Yahaya Sharif-Aminu pour blasphème au Nigeria (2023/2650(RSP))

Le Parlement européen,

vu les articles 144, paragraphe 5, et 132, paragraphe 4, de son règlement intérieur,

A. considérant que le 10 août 2020, le chanteur nigérian Yahaya Sharif-Aminu a été traduit devant un tribunal supérieur de la charia dans l’État de Kano, où il a été jugé sans représentation légale et condamné à mort par pendaison pour blasphème présumé dans une chanson qu’il a composée et partagée sur les réseaux sociaux des médias contenant des commentaires prétendument désobligeants à l’égard du prophète Mahomet ;

B. considérant que le 21 janvier 2021, la Haute Cour de l’État de Kano a ordonné un nouveau procès au motif d’irrégularités de procédure et que, le 17 août 2022, la Cour d’appel a confirmé la constitutionnalité des dispositions relatives au blasphème du code pénal de la charia et confirmé l’ordonnance de nouveau procès;

C. considérant qu’en novembre 2022, Yahaya Sharif-Aminu a interjeté appel auprès de la Cour suprême contre sa condamnation, faisant valoir que la loi sur le blasphème en vertu du code pénal de la charia de l’État de Kano viole directement la Constitution du Nigéria et les traités internationaux contraignants relatifs aux droits de l’homme ; qu’il reste en prison ;

D. considérant que de nombreuses autres personnes ont été lésées par les lois nigérianes sur le blasphème; considérant que l’étudiante Deborah Yakubu a été lapidée et battue à mort en 2022; considérant que Rhoda Jatau a été attaquée par une foule et est jugée sans droit à une libération sous caution; considérant que l’humaniste Mubarak Bala a été condamné à 24 ans de prison;

E. considérant que le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), auquel le Nigéria est partie, limite la peine capitale aux crimes les plus graves; considérant que malgré cela, la charia, pratiquée dans au moins 12 États du nord du Nigeria, impose la peine de mort pour blasphème;

F. considérant que les lois sur le blasphème au Nigeria violent ses engagements internationaux en matière de droits de l’homme, la charte africaine et la constitution nigériane;

1. prie instamment les autorités nigérianes de libérer Yahaya Sharif-Aminu immédiatement et sans condition, d’abandonner toutes les charges retenues contre lui et de garantir ses droits à une procédure régulière ; demande la libération de Rhoda Jatau, Mubarak Bala et d’autres personnes accusées de blasphème;

2. rappelle que les lois sur le blasphème violent clairement les obligations internationales en matière de droits de l’homme, en particulier le PIDCP, et sont contraires à la Constitution nigériane, qui garantit la liberté religieuse et la liberté d’expression;

3. prie instamment les autorités nigérianes de faire respecter les droits de l’homme dans tout le pays en veillant à ce que les lois fédérales, étatiques et charia ne privent pas les Nigérians de la protection prévue par la Constitution nationale et les conventions internationales ; prie instamment les autorités nigérianes d’abroger les lois sur le blasphème aux niveaux fédéral et étatique;

4. rappelle que le Nigéria a une immense influence dans toute l’Afrique et le monde musulman et souligne que cette affaire est une occasion sans précédent d’ouvrir la voie à l’abolition des lois sur le blasphème;

5. exhorte le gouvernement nigérian à lutter contre l’impunité qui entoure les accusations de blasphème ;

6. Rappelle les efforts internationaux visant à abolir la peine de mort et demande instamment au Nigéria de retirer immédiatement le recours à la peine capitale pour blasphème et de prendre des mesures en vue de son abolition totale;

7. demande à l’Union européenne et à ses États membres, en tant que partenaires de développement clés, de soulever les cas individuels, les préoccupations en matière de droits de l’homme et les lois sur le blasphème auprès des autorités nigérianes;

8. charge son Président de transmettre la présente résolution aux autorités nigérianes et aux institutions internationales.

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Nouveau projet de recherche sur la mobilité humaine sur les données intelligentes

AVIS DE NON-RESPONSABILITÉ : Les informations et opinions reproduites dans les articles sont celles de ceux qui les énoncent et relèvent de leur propre responsabilité. La publication dans The European Times ne signifie pas automatiquement l’approbation d’un point...

Une riche histoire, pour un avenir prometteur : 175 ans du Conseil Supérieur de la Santé

08h30   Réception autour d'un café09h15   Accueil et introductionDr. Yves Van Laethem, CHU Saint-Pierre, ULBPrésident actuel du Conseil Supérieur de la Santé 09h30   Regards croisés : une riche histoire, pour un avenir prometteurProf. Guy De Backer, Universiteit GentPrésident de 1996-2009     Prof. Jean...

Boek Anticultisme in Frankrijk in 2024: persoonlijke verhalen en veldslagen

In een wereld die onconventionele overtuigingen vaak verkeerd begrijpt en verbannen, is het baanbrekende boek van Donald A. Westbrook uit 2024: Anticultisme in Frankrijkkomt naar voren als een baken van wetenschap en aandacht voor de details. Deze publicatie, uitgegeven door...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.