AccueilACTUALITELa femme d'un...

La femme d’un prêtre orthodoxe est accusée avec Poutine d’avoir expulsé des enfants ukrainiens

La Cour pénale internationale de La Haye a accusé Poutine et l’ombudsman des enfants du président de la Fédération de Russie, Maria Lvova-Belova, de crimes de guerre. Un mandat d’arrêt a été lancé contre les deux. L’accusation est que des milliers d’enfants ukrainiens ont été déportés vers la Russie et détenus dans des camps ou remis à des familles russes, ce qui en temps de guerre est considéré comme un crime de guerre.

Maria Lvova-Belova est l’épouse d’un prêtre ordonné en 2019. C’est l’année où sa femme est devenue membre du parti Russie unie et a été immédiatement élue membre du présidium du parti.

Auparavant, Maria Lvova-Belova dirigeait une fondation à Penza pour les soins aux personnes handicapées et âgées. Grande activité démontrée, largement couverte par les médias – a pris la garde de plus de dix enfants handicapés, a effectué des baptêmes de masse d’enfants malades, dont elle est devenue la marraine. Ouvre des centres de soins pour personnes handicapées, collecte des dons. Elle-même a cinq enfants et autant d’enfants adoptés. Dans la presse locale, des foyers pour handicapés, on rapporte contre elle des abus, pour avoir fait des prêts au nom des patients avec lesquels sa fondation a accès, mais ils restent sans enquête. Elle est également accusée d’être impolie avec les enfants, avec qui elle ne communique que lorsque les médias et les sponsors viennent, d’accepter souvent des enfants orphelins chez elle avec des promesses d’adoption, après quoi ils sont renvoyés dans des orphelinats, etc. l’image médiatique d’une jeune dirigeante, et l’acceptation du rang ecclésiastique par son mari, jusqu’alors programmeur de profession, contribuent à son image de bienfaitrice ecclésiastique.

Fin 2021, elle a été choisie par le président Poutine comme médiatrice pour les droits de l’enfant, où elle a remplacé la précédente médiatrice, Anna Kuznetsova, également épouse d’un prêtre.

Le retrait d’enfants ukrainiens des territoires occupés par les troupes russes a commencé à être signalé au début de la guerre. Initialement, la partie russe a affirmé que seuls les enfants orphelins, placés de manière permanente dans des foyers, étaient emmenés en Russie et donnés pour adoption à des familles, principalement en Extrême-Orient.

Le 8 mars 2022, le journal Le Monde publie une lettre ouverte d’un collectif d’intellectuels et de pédopsychiatres : « La déportation d’enfants ukrainiens vers la Russie présente des signes de génocide ». Entre autres choses, la lettre note que « la réinstallation forcée de mineurs en Russie fait partie du projet de Vladimir Poutine d’éradiquer l’identité et la nation ukrainiennes ».

Le 13 avril, la médiatrice pour les enfants Maria Lvova-Belova a déclaré lors du Forum panrusse « Vivre et être élevé dans une famille » qu’il est important que les enfants orphelins des Républiques populaires de Lougansk et de Donetsk soient placés dans des familles russes. En juillet, on a appris que 108 enfants âgés de 5 à 16 ans, sortis d’orphelinats de la RPD de Russie, avaient été placés dans des familles adoptives à Moscou, Moscou, Voronezh, Kaluga et Tula, ainsi que dans la région autonome de Yamalo-Nenets District. Tous les enfants ont reçu la nationalité russe dans le cadre d’une procédure simplifiée. Au 8 août de cette année, selon les données de Lvova-Belova, environ 400 enfants orphelins de la LPR peuvent être adoptés par des familles de 11 régions russes. Selon le médiateur, ce ne sont que des enfants qui vivent depuis longtemps dans des orphelinats.

Le 30 mai, le président russe Poutine a simplifié l’octroi de la nationalité russe aux orphelins ukrainiens. Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a souligné que de cette manière « Poutine a pratiquement légalisé l’enlèvement d’enfants ».

Le 14 juin, le directeur régional de l’UNICEF pour L’Europe  et d’Asie centrale, Afshan Khan, a déclaré que les enfants ukrainiens emmenés en Russie après le début de la guerre ne devraient pas être adoptés par des familles russes. Du point de vue du droit international, la déportation forcée de mineurs vers un pays agresseur est considérée comme un crime contre l’humanité.

Selon les données officielles de Mikhail Mizintsev, chef du Centre national russe de gestion de la défense, au 18 juin, 307 423 enfants ont été enlevés de Ukraine en Russie. Parmi ceux-ci, deux à cinq mille sont orphelins, et les autres sont emmenés « pour la réhabilitation, les loisirs dans des camps, évacués vers un endroit sûr ».

Selon la partie ukrainienne, près de 700 000 enfants ont été expulsés vers la Russie à ce jour. De nombreux parents n’ont aucun contact avec leurs enfants et ne savent pas non plus où ils se trouvent.

En novembre 2022, s’est tenue à Paris une conférence consacrée à la « déportation illégale d’enfants de Ukraine lors de l’agression à grande échelle de la Russie ». L’écrivain Jonathan Littel y compare les méthodes des Russes et des nazis, qui ont adopté de force des dizaines de milliers d’enfants « aryens » de Pologne.

Le jugement de la Cour pénale internationale de La Haye stipule qu' »il existe des motifs raisonnables de croire que Mme Lvova-Belova est personnellement responsable des crimes susmentionnés, ayant commis ces actes directement, conjointement avec d’autres personnes et (ou) à travers les actions d’autres personnes ». Maria Lvova-Beleva a déclaré pour sa part accepter la décision du tribunal de La Haye comme reconnaissance de son activité :

« C’est formidable que la communauté internationale apprécie le travail que nous faisons pour aider les enfants dans notre pays, que nous ne les laissions pas dans une zone de guerre, que nous les emmenions à l’extérieur, que nous créons de bonnes conditions pour eux, que nous les entourions de des gens aimants et attentionnés. Il y a eu des sanctions contre moi de tous les pays, même du Japon, maintenant il y a un mandat d’arrêt, je me demande ce qui va se passer ensuite ».

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

Transfert de membres du personnel de Fedasil au SPF Intérieur – Deuxième lecture

Lors du conclave budgétaire du 13 octobre 2023, il a été décidé de transférer l’exploitation du centre d’accueil ouvert « Dublin » sis à Zaventem, de Fedasil à l’Office des étrangers du SPF Intérieur à partir du 1er juillet 2024. Dans...

RUSSIE : Lourdes peines de prison pour 9 Témoins de Jéhovah dans le territoire occupé de Crimée

Neuf Témoins de Jéhovah vivant dans le territoire occupé de Crimée purgent actuellement de lourdes peines de prison, allant de 54 à 72 mois, pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion et de culte dans des...

Visages du dialogue interreligieux aujourd’hui

Par Martin Hoegger. www.hoegger.org La spiritualité des Focolari, mouvement reconnu par l'Église catholique, est également vécue, dans une certaine mesure, par les membres d'autres religions. Lors du congrès interreligieux récemment organisé par les Focolari, des témoignages de fidèles de...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.