AccueilNew-TechUn étudiant passera...

Un étudiant passera 34 ans en prison pour avoir utilisé Twitter illégalement – ​​europeantimes.news

Un étudiant saoudien de l’Université de Leeds qui est retourné dans le royaume pour des vacances a été emprisonné pendant 34 ans pour avoir eu un compte Twitter et suivi et partagé avec des dissidents et des militants.

La décision du Tribunal spécial contre le terrorisme d’Arabie saoudite intervient des semaines après la visite du président américain Joe Biden en Arabie saoudite, qui, selon les militants des droits de l’homme, pourrait encourager le royaume à intensifier sa répression contre les dissidents et autres militants pro-démocratie.

L’affaire est le dernier exemple de la façon dont le prince héritier Mohammed ben Salmane a ciblé les utilisateurs de Twitter dans sa campagne de répression tout en contrôlant une importante participation indirecte dans le site de médias sociaux américain par le biais du Fonds d’investissement public saoudien (PIF).

Salma al-Shehab, 34 ans, mère de deux jeunes enfants, a été initialement condamnée à trois ans de prison pour le « crime » d’avoir utilisé un site Internet pour « troubler l’ordre public et déstabiliser la sécurité civile et nationale ».

Mais la cour d’appel a prononcé une nouvelle peine – 34 ans de prison, suivie d’une interdiction de voyager de 34 ans – après qu’un procureur a demandé au tribunal d’examiner d’autres infractions présumées.

Selon une traduction des archives judiciaires consultée par The Guardian, les nouvelles accusations incluent une allégation selon laquelle Shehab « a aidé et encouragé ceux qui ont cherché à provoquer des troubles publics et à déstabiliser la sécurité civile et nationale en suivant leurs comptes sur » Twitter « transmis leurs tweets ». On pense que Shehab pourrait encore demander un nouvel appel dans cette affaire.

Shehab ne semble pas avoir été un activiste saoudien de premier plan ou particulièrement actif, que ce soit dans le royaume ou en Grande-Bretagne. Sur Instagram, où elle compte 159 abonnés, elle se décrit comme une hygiéniste dentaire, une éducatrice en médecine, une doctorante à l’Université de Leeds et une conférencière à l’Université Princess Noora bint Abdulrahman, ainsi qu’une épouse et mère de fils Noah et Adam.

Son profil Twitter montre qu’elle compte 2 597 abonnés. En plus des tweets sur Covid et des photos de ses jeunes enfants, Shehab retweete parfois des tweets de dissidents saoudiens vivant en exil qui appellent à la libération des prisonniers politiques du royaume.

Elle semble avoir défendu le cas de Loujan al-Hatlul, une éminente militante féministe saoudienne qui a déjà été emprisonnée, aurait été torturée pour son soutien aux droits des femmes à conduire et vit maintenant sous le coup d’une interdiction de voyager.

Une personne qui connaissait Shehab a dit qu’elle ne pouvait pas supporter l’injustice. Elle est décrite comme une lectrice instruite et passionnée qui est arrivée au Royaume-Uni en 2018 ou 2019 pour faire un doctorat à Leeds.

Elle est retournée en Arabie saoudite en vacances en décembre 2020 et avait l’intention d’amener son mari et ses deux enfants avec elle au Royaume-Uni.

Elle a ensuite été convoquée pour un interrogatoire par les autorités saoudiennes et finalement arrêtée et jugée pour ses tweets.

Une personne qui suit son affaire dit que Shehab a parfois été détenue à l’isolement, et pendant le procès, elle a voulu dire au juge quelque chose en privé sur la façon dont elle a été traitée qu’elle ne voulait pas dire à son père. Elle n’a pas été autorisée à transmettre le message au juge, a déclaré la personne. Le jugement attaqué a été signé par trois juges, mais les signatures étaient illisibles.

Twitter a refusé de commenter l’affaire et n’a pas répondu aux questions spécifiques sur l’influence, le cas échéant, de l’Arabie saoudite sur l’entreprise. Auparavant, Twitter n’avait pas répondu aux questions du Guardian sur les raisons pour lesquelles le principal assistant du prince Mohammed, Bader al-Asaqer, avait été autorisé à conserver un compte Twitter vérifié avec plus de 2 millions d’abonnés, malgré les accusations du gouvernement américain selon lesquelles il aurait orchestré une infiltration illégale dans l’entreprise, ce qui conduit à l’identification et à l’emprisonnement d’utilisateurs anonymes de Twitter par le gouvernement saoudien. Un ancien employé de Twitter a été condamné par un tribunal américain dans le cadre de l’affaire.

L’un des plus gros investisseurs de Twitter est le milliardaire saoudien Prince Alwaleed bin Talal, qui détient plus de 5 % de Twitter via sa société d’investissement Kingdom Holdings. Bien que le prince Alwaleed soit toujours président de la société, son contrôle sur le groupe a été remis en question dans les médias américains, dont le Wall Street Journal, après qu’il est apparu que le roi saoudien – un cousin du prince héritier – était retenu captif. à l’hôtel Ritz Carlton de Riyad pendant 83 jours. L’incident faisait partie d’une purge plus large menée par le prince Mohammed contre d’autres membres de la famille royale et des hommes d’affaires, et comprenait des allégations de torture, de coercition et de détournement d’actifs d’une valeur de plusieurs milliards dans le Trésor saoudien.

Dans l’interview du prince Alwaleed en 2018 avec Bloomberg, réalisée à Riyad sept semaines après sa libération, le milliardaire a reconnu qu’il avait conclu un « accord » avec le gouvernement saoudien, apparemment lié à sa libération, qui est confidentiel.

Pas plus tard qu’en mai, Kingdom Holding a annoncé avoir vendu environ 17 % de sa société à PIF, dont le prince Mohammed est le président, pour 1,5 milliard de dollars. Cela fait du gouvernement saoudien un investisseur indirect important dans Twitter. Selon Twitter, les investisseurs ne jouent aucun rôle dans la gestion des opérations quotidiennes de l’entreprise.

L’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme a condamné la peine de Shehab, qui, selon elle, était la plus longue peine de prison jamais infligée à un militant. Elle a noté que de nombreuses militantes ont été soumises à des procès inéquitables qui ont abouti à des peines arbitraires et ont été soumises à de « graves tortures », y compris du harcèlement sexuel.

Khalid Aljabri, qui vit en exil et dont la sœur et le frère sont détenus dans le royaume, a déclaré que l’affaire Shehab prouvait que l’Arabie saoudite assimile la dissidence au terrorisme.

« La condamnation draconienne de Salma prononcée par un tribunal antiterroriste pour des tweets pacifiques est la dernière manifestation de la machine de répression impitoyable de MBS », a-t-il déclaré, faisant référence au prince héritier.  »

Comme l’assassinat du (journaliste Jamal) Khashoggi, sa peine est destinée à envoyer des ondes de choc à travers le royaume et au-delà – si vous osez critiquer MBS, vous vous retrouverez démembré ou dans les donjons saoudiens.

Bien que l’affaire n’ait pas reçu une large attention, le journal Washington Post a publié un éditorial cinglant sur le traitement réservé par l’Arabie saoudite à l’étudiante de Leeds et a déclaré que son cas montrait que les « engagements » que le président avait reçus pour réformer étaient une « farce ». .

« À tout le moins, M. Biden doit maintenant s’exprimer et exiger que Mme Shehab soit libérée et autorisée à retourner auprès de ses fils, âgés de 4 et 6 ans, au Royaume-Uni et de poursuivre ses études, vous y êtes », indique l’article.

Photo de Sora Shimazak / pexels

Lien source

Publicité

Plus articles a lire

spot_img
spot_img

Faites la subscription avec nous

Lire ausi The European Times.

Lire la suite

La Thaïlande persécute la religion ahmadi de paix et de lumière. Pourquoi?

La Pologne a récemment offert un refuge à une famille de demandeurs d'asile thaïlandais, persécutés pour des raisons religieuses dans leur pays d'origine, ce qui, selon leurs témoignages, apparaît très différent de l'image d'une terre paradisiaque pour les touristes...

La lutte du Pakistan pour la liberté religieuse : le cas de la communauté Ahmadiyya

Ces dernières années, le Pakistan a été confronté à de nombreux défis concernant la liberté religieuse, notamment en ce qui concerne la communauté Ahmadiyya. Cette question est revenue sur le devant de la scène suite à une récente...

Empowerment van reacties op religieuze haat: een oproep tot actie op 8 maart

In een wereld waar de vijandigheid jegens religieuze minderheden voortduurt, is de behoefte aan krachtige reacties op religieuze haat nog nooit zo urgent geweest. De plicht van staten om gewelddaden en discriminatie op grond van religie te voorkomen...

Profitez d'un accès exclusif à l'ensemble de notre contenu

Bientôt, nous aurons un abonnement en ligne et vous pourrez débloquer tous les articles que vous rencontrerez.